14/10/2007

SIG transit gloria...

Le problème de la gouvernance des établissements publics autonomes (SIG, TPG, AIG, HUG, Hospice général, notamment) mérite mieux que l'obstructionnisme érigé en vice partisan. Il faudra donc attendre un mois de plus pour offrir aux citoyens de ce canton des lois permettant des conseils d'administration plus efficaces, moins politisés - l'un pouvant aller avec l'autre! Mais à toute chose malheur est bon.

Car ces réformes sont insuffisantes. L'actualité a montré que l'opacité pouvait être mise à profit. Et que l'occasion fait le larron. Et le citoyen de découvrir que le président (socialiste) de SIG a pu faire grimper son revenu pour ses activités de service privé au service public jusqu'à 1000 francs par jours, samedis, dimanches et jours fériés compris.

Pareille rémunération est peut-être justifiée, voire insuffisante. Mais elle manque singulièrement de transparence, en une période où cette valeur prend une importance accrue. Raison pour laquelle il est nécessaire de compléter les projets de loi en question. Ce sera chose faite dès demain grâce aux propositions de trois députés - dont l'auteur de ce blog - qui ont à coeur d'offrir aux Genevois un Etat efficace, irréprochable et transparent à la fois.

Morale partisane de l'histoire: au PS, on aime faire la morale... aux autres. ça ne coûte pas cher, ça n'empêche pas de rapporter gros, à court terme. Mais ça peut décourager ce qui reste d'électorat populaire à voter avec leurs pieds en direction des partis populistes. Ou bien, espérons-le, de ceux qui prônent et assument la responsabilité individuelle. 

  

23:35 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.