31/10/2008

L'Avivo drague les jeunes

A l'Avivo, la préparation à la retraite commence à 30 ans. Pour preuve, la lettre-circulaire reçue par un proche, à peine âgé de 30 ans, que cette association invite à réfléchir au temps qui passe et à la retraite qui arrive... De deux choses l'une. Soit ses fringants meneurs ont besoin de rafraîchir leurs connaissances informatiques. Soit l'avivo nous annonce une initiative dont l'extrême gauche locale a le secret, au titre alléchant à souhait: pour une retraite flexible, de 7 à 77 ans. 

Autre possibilité, horrible en vérité: l'avivo aurait acheté une base de données frelatée... Ou alors, dernière éventualité, impossible évidemment: elle aurait oublié quel est son public privilégié, pour lequel elle reçoit au demeurant une subvention officielle, et se serait mise à faire de la publicité électorale tous publics. Allez savoir, par les temps qui courent.

Morale de l'histoire: qui dit lutter pour les vieux drague les jeunes.  

 

23:05 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

17/10/2008

L'intimidation anonyme contre les députés ne passera pas !

On peut être pour ou contre (55% des internautes s'exprimant grâce au sondage de la Tribune) le versement d'une prime aux policiers genevois.

On ne peut qu'être contre les basses manoeuvres d'intimidation anonyme auxquelles se livre ChrisPi, un internaute partisan du versement de la prime, peut-être policier lui-même. Par le biais d'un "commentaire", il donne en effet la liste des membres de la commission des finances. Il fait suivre son dur labeur de copiste de la seule mention "ABE", pour "à bon entendeur". Le message n'est pas assez clair ? Alors, il faut préciser que ce commentateur lâche, dans un message précédent, appelle à se souvenir du nom des traîtres à la cause policière lors de la prochaine échéance électorale.

Ce faisant, il se tire plusieurs balles dans le pied.

D'abord, il discrédite la liberté d'expression dont bénéficient les utilisateurs de la toile, et ici ceux de la Tribune. Souhaite-il la présence d'un modérateur-censeur pour éviter le non-respect des usages, des bonnes manières, du courage ?

Ensuite, il discrédite les policiers qui ignorent le fonctionnement de la démocratie genevoise. A leur intention, quelques explications sur une décision que leurs représentants syndicaux n'ont, apparement, pas comprise.  

Une procédure doit être respectée. Le Conseil d'Etat ne peut en effet décider seul de verser des montants hors budget. Il a obligatoirement besoin de l'accord de la commission des finances. L'exécutif l'a écrit aux syndicats de la police, même s'il s'est mal exprimé. C'est au fond un système de double signature qui est là pour empêcher les abus, qui assure le contrôle démocratique. Que diraient les citoyens si l'exécutif pouvait "puiser dans la caisse" des impôts sans explication pour distribuer des cadeaux à divers lobbies ?  

Précisions sur les montants versés.

Cette prime se serait ajoutée aux 770 470 F (entrant dans le cadre du budget 2008) au titre de l'indemnité "mutualisée" de 700 F par gendarme, de 641 F par inspecteur et de 385 F par membre de la Police de sécurité internationale, en remplacement des indemnités journalières et nocturnes ordinaires, pour le travail normal, est-on tenté d'ajouter. 

Elle se serait aussi ajoutée au paiement de 113 heures supplémentaires, en moyenne, effectuées les policiers affectés à cet événement, pour un total de 7 875 375 F. A noter que le total de 137 784 heures comprend des heures réellement travaillées (86 154 heures supplémentaires "nettes") et des heures supplémentaires "majorées" (51 630 h), pour lesquelles le temps réellement travaillé n'est pas directement déterminable.

Qui plus est, ces heures sont augmentées de 40% pour que le revenu net du policier ne soit pas "pénalisé" par une hausse d'impôt. Petite question non innocente: est-il normal de payer des heures supplémentaires en les défiscalisant de fait ? Autre petite question: y a-t-il d'autres catégories de travailleurs qui réussissent à éviter la progressivité de l'impôt (payer plus d'impôt quand on gagne davantage) ? Une réponse est certaine: le respect des lois ne gagne rien à ces pratiques. 

Malgré ces faits, la commission des finances a quand même estimé qu'elle devait payer les heures supplémentaires dans leur totalité, en plus de l'indemnité "mutualisée" déjà perçue. En revanche, pour la prime, elle s'en est tenue à la position initiale du Conseil d'Etat du 28 mai 2008, qui n'envisageait pas le paiement d'une prime exceptionnelle.

Il faut parfois avoir le courage de dire non. Ce n'est pas manquer de respect aux pliciersd. C'est au contraire appeler au respect des institutions. Ceux qui prêtent serment de le faire, qu'ils soient députés ou policiers, ne doivent jamais l'oublier. Ils ont tout à y gagner. Notamment au moment où l'ensemble du système de rémunération va être remis à plat, discuté et enfin voté. Pas dans la rue, mais au Parlement.

Ultime détail. La police genevoise touchera 227 millions cette années au titre des charges salariales, et le budget pour 2009 prévoit une augmentation de 6,1%, qui porte ce montant à 240 millions. Sachant que la police compte 1557 postes, cela correspond à un coût salarial de plus de 150 000 francs par collaborateur (salaires, indemnités, primes, assurance maladie (?), charges patronales, etc.).  

17:20 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |