30/10/2009

SIG et les frontaliers: Stauffer ment ou a la mémoire courte

Les frontaliers, tels des cafards, seraient partout. Voilà le message qu'Eric Stauffer aimerait accréditer. Dans la Tribune de Genève du 28 octobre 2009, il prétend qu'à SIG, "presque 50% du personnel est frontalier". Si le chiffre n'a pas été vérifié par la Tribune, son journaliste rappelle que, récemment, le même aspirant au Conseil d'Etat s'était lourdement trompé quant au chômage des infirmières à Genève.

Alors, qu'en est-il ? La réalité, à SIG, ne correspond tout simplement pas à la paranoïa xénophobe du co-chef du MCG. Sauf si presque 5% = presque 50% ...

Selon des données valables au 1er octobre 2009, SIG compte 1703 collaborateurs. Sur ce total, les frontaliers français sont au nombre de 83, soit 4,9% du total du personnel ! On peut, par souci de présenter un tableau complet de l'"invasion", ajouter les autres étrangers (10 personnes, soit 0,6% du total).  Mais même si on prend en considération les frontaliers suisses, qui sont 176 (10,3% de l'entreprise), on ne dépasse pas 16% (15,8%, pour être précis).  

Cinq n'égale donc pas cinquante, sauf en base staufférienne. Alors de deux choses l'une. Soit E. Stauffer a déjà oublié des informations qu'il aurait dû demander, en sa qualité d'administrateur de SIG prétendant défendre les intérêts des travailleurs genevois face aux frontaliers français, avant d'être destitué de son mandat. Et cela ne peut manquer d'inquiéter sur le sérieux de ce candidat à l'exécutif du canton. Soit il ment effrontément, en appliquant la règle: "plus c'est gros, plus ça marche auprès des gogos". Sa réponse ne manquera pas d'intéresser les Genevois.

Au passage, puisque les médias semblent avoir peu de temps ou peu d'intérêt pour décortiquer ce qu'Eric Stauffer affirme avec un applomb de (boni-)menteur, j'ai décidé de vérifier dorénavant ses dires dans les domaines de l'emploi et du chômage et de dénoncer le cas échéant ses erreurs, sinon ses mensonges. Du pain sur la planche...

Prochain épisode : les TPG et les frontaliers.  

16:01 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et bien ?

Plutot que de jouer sur les rumeurs, comme celle savament entretenue que les frontaliers ne travailleraient que dans l'hotellerie-restauration, quel sont vos chiffres ?

Écrit par : Eastwood | 30/10/2009

Merci pour cette correction des mensonges d'E. Stauffer.

N.B. Il avait aussi prétendu que les trains seraient supprimés entre Evian et Annemasse. Alors que la SCNF fait le contraire en intégrant ces TER à UNIRESO

Écrit par : Philippe C | 30/10/2009

Les anti-frontaliers s'imagine que les Français qui travaille à Genève sont une fratrie ou ils sont tous potes.Ce qui explique pour eux( les anti) pourquoi les responsables d'entrprises d'origine française n'engagent que des compatriotes.

On frise le domaine des thèses conspirationnistes.

D.J

Écrit par : D.J | 30/10/2009

Monsieur Weiss,

Vous avez l'air de dire (par la bande) que les journalistes de la TdG ne font pas très bien leur travail, soit par manque de temps ou par manque d'intérêt!

C'est totalement faux!... Ils le font à la perfection et selon les directives de leurs chefs. Aujourd'hui il est connu de tous qu'il est préférable de "balancer" une info même non vérifiée le plus rapidement possible et ainsi être le premier... Quitte à faire un un nouvel article par la suite avec le titre suivant:

DÉMENTI CINGLANT!
Dans l'affaire XY ...............

C'est tout bénéfice! En plus d'un article choc sorti en scoop, il est possible d'écrire un article rectificatif sans presque de travail (le travail supplémentaire c'est vous qui le faites). Deux articles pour le prix d'un! N'est-ce pas magnifique le journalisme!

En ce qui concerne Monsieur Stauffer et sa manière de communiquer: En fait il ne fait que reprendre et pousser à l'extrême des procédés qui sont utilisés par TOUS les partis.
Le jour où les représentants de tous ces partis ne diront plus que la vérité, je ne serai plus le Père Siffleur mais le Père Nicieux si je continuais à sévir.

Écrit par : Père Siffleur | 30/10/2009

@Eastwood

"quel sont vos chiffres ?"

Il suffit de lire le texte de M. Weiss...

Écrit par : un suisse | 30/10/2009

Excusez moi "un Suisse", vous avez raison, mais j'avais soudain vu plus large que les simples SIG.

@DJ, parfois oui: Selon certaines sources appartenant au haut management des divers organisations onusiennes a Geneve, le noyautage des services generaux par une sorte de mafia frontalière en excluant toutes autres nationalités deviendrait ethiquement problematique. No joke !

Écrit par : Eastwood | 30/10/2009

Monsieur WEISS,
1° Quelle est la source des chiffres que vous publiez ici concernant le personnel des SIG ?
Suffit-il de poser la question aux SIG ?
Est-elle accessible à tout citoyen, ou ne répond-t-on qu'à un député ?
2° Quelle est votre définition de la "xénophobie" ?
Cette définition s'applique-t-elle à l'attitude que vous avez très longtemps eue à l'égard des fonctionnaires, jusqu'à ce que vous en deveniez un ?
Cette définition s'applique-t-elle aux "Rouges" - agents de Moscou - que vous avez traqués pendant des années à votre gauche et même chez les "Verts" ?
3° Si le MCG s'attaque au comportement de certaines catégories de personnes, comme vous l'avez fait et continuez à le faire, est-ce vraiment de la "xénophobie" ?
Ou n'utilisez ce terme que pour stigmatiser votre adversaire ?
Vous a-t-on jamais accusé de "racisme anti-fonctionnaires" ?
----------------------------------------------------------
Sans aucun lien avec le MCG, j'ai voté pour ce parti en 2005 et 2009.

Écrit par : genevoisrien | 30/10/2009

C'est fou ce que le rétablissement d'une vérité dérange ! Oser mettre le doigt sur les stupidités, les approximations, les exagérations d'Eric Stauffer devient une sorte de crime de lèse-majesté sur ces blogs de la Tribune. Impressionnant !

Si Stauffer vendait de la lessive avec les arguments qui sont les siens, il serait déjà sous le coup d'une plainte en règle pour publicité mensongère. Mais il nous vend ses idées, hélas. Et on protège mieux notre linge que notre cerveau qu'il peut continuer à laver en toute tranquillité avec des chiffres faux.

Enfin. Ne désespérons pas. Si monsieur Genevoisrien met autant d'énergie à vérifier les affirmations de son leader que celles de Pierre Weiss, un jour je suis bien certaine qu'il y verra mieux.

Écrit par : Christiane Favre | 31/10/2009

Eastwood, il est vrai qu'il y a un grand nombre de frontaliers dans les services généraux = les services d'entretien et de fonctionnement, c'est à dire les postes les moins bien payés des organisations internationales, et ne bénéficiant pas des avantages internationaux.
Cependant, vos sources vont un peu loin en parlant de mafia, ou alors il faudrait parler de mafia philippine dans les services d'entretien, de mafia russophone dans les postes à responsabilité à Genève depuis que que le directeur de l'ONU-Genève est lui-même russophone, de maffia britannique parmi les secrétaires, etc...
Et pourquoi pas de mafia valaisanne à la TSR, de mafia fribourgeoise - ou valaisanne dans la gendarmerie genevoise, de mafia auvergnate dans les bistrots parisiens, de mafia bretonne parmi les navigateurs, etc, etc... Ou s'arrête-t-on ?
Le fait est que les services généraux de l'ONU sont précisément ceux dont le recrutement est local et non pas international. Il est donc logique que les locaux y soient bien représentés, et à Genève, les locaux sont les Genevois et les frontaliers. Personne n'empêche les Genevois de se présenter à ces postes. Il se trouve qu'ils le font peu.
Comme il s'agit, à quelques rares exceptions près, de postes subalternes, genre technicien de surface, comptabilité, etc... les salaires ne sont pas mirobolants, De plus, il faut parler anglais et idéalement espagnol, alors que les Genevois, à ce niveau de formation, ont surtout fait... de l'allemand !
Enfin, peut-être que si ces mêmes Genevois étaient moins souvent dédaigneux et disons jaloux ou affligés d'une sorte de complexe complexe à l'égard des internationaux, ils se porteraient plus volontiers candidats aux divers postes offerts.
---
Genevoisrien, "xéno" veut dire étranger et xénophobie, en vouloir à quelqu'un parce qu'il est étranger. Ce qui correspond parfaitement aux délires anti-frontaliers de Stauffer. Lorsque Pierre Weiss critique quelqu'un ou même une catégorie de personnes qui sont ses compatriotes du fait de leurs opinions politiques, il ne fait pas de la xénophobie, mais de la politique.
---
Pierre, bravo pour ce papier qui fait le travail que les journalistes devraient faire et font de moins en moins souvent: vérifier les faits et les affirmations. Ce métier n'est souvent plus que celui de courroie de transmission. Quelques petits malins l'ont compris. Ils utilisent des principes de propagande éculés mais toujours efficaces: marteler et répéter sans fin, jusqu'à ce que votre message s'imprime dans l'esprit des gens. Et tant pis s'il est tissé de gros mensonges...

Écrit par : Philippe Souaille | 31/10/2009

Dans le magazine Le Point, de cette semaine, il est bien stipulé que M. Stauffer a quitté l'école à 14 ans, donc, et sachant qu'Eric a été scolarisé à Genève, je crains qu'il n'ait pas eu le temps de voir les pourcentages. Donc, ne lui en voulez pas s'il n'est pas bon en calcul ! Pour lui 5 % ou 50% c'est du pareil au même !

Écrit par : Marina | 31/10/2009

@Eastwood:

"le noyautage des services generaux par une sorte de mafia frontalière en excluant toutes autres nationalités deviendrait ethiquement problématique"

- Pouvez-vous nommer vos sources?

- Depuis quand être frontalier, c'est une nationalité? Je vous rappelle qu'il y a plus des fonctionnaires O.I. qui habitent le Pays de Gex qu'à Genève. Je vous rappelle aussi que juridiquement, les fonctionnaires O.I. (y.c. les services généraux) sont pas des frontaliers (ils n'ont pas un permis G mais une attestation du DFAE qui est indépendante du lieu de résidence). Mais je pense que dans votre cas, l'utilisation du terme "frontalier" est juste pour éviter le mot "français".

- Les français qui habitent a Genève font-ils parti aussi de cette mafia? Ou ils changent d'influence et d'esprit s'ils habitent a Chambésy au lieu de Prévessin?

Merci d'avance pour vos précisions.

Écrit par : un suisse | 31/10/2009

Monsieur le Député WEISS, sans provocation, et pour rester courtois, je souhaitais juste vous poser une petite question, en qualité de président de la commission des finances.
Vous critiquez ouvertement la publication de données erronées de la part de M. STAUFFER, candidat au conseil d’Etat, hors vous-même, il n’y a pas si longtemps, avez fait bien plus de mal avec vos rapports plus que douteux sur les fonctionnements de la Police.
N’est ce pas un peu déplacé de votre part, de venir pavaner ainsi, alors que M. STAUFFER agit de la même manière que vous ?
Meilleures salutations. Et revoyez vos copies, ça aiderait.

Écrit par : Preston | 01/11/2009

Bravo, Mr Weiss, de nettoyer les mensonges nauséabonds de ce Staufer.

Et Merci Mt Souaille, pour avoir dit son fait à un eastwood,
sorte de langue de bois orientale...

Beau travail, qu'il FALLAIT faire.

Écrit par : csny | 01/11/2009

@preston.
Les rapports auxquels vous faites allusion sont ceux de M. Annoni et de la Cour des comptes. Le premier a été demandé par M. Moutinot, la second par la commission des finances. Je souscris entièrement à leurs conclusions.
Je conçois qu'elles fassent mal. Personne n'a toutefois accusé M. Annoni ou la Cour de mentir. Il en va différemment de M. Stauffer qui parle trop souvent sans connaître ses sujets. Et j'ai décidé de le démontrer. Qui, parmi les citoyens honnêtes, pourrait s'en plaindre?

Écrit par : Pierre Weiss | 01/11/2009

Les commentaires sont fermés.