11/01/2010

Les taxis voisins à la rescousse, en deux temps, trois mouvements !

Quelques taxis ont débrayé ce matin à Genève. S'ajoutant à la grève qui affecte l'aéroport international de Genève, et quelles qu'en soient les raisons, cette perturbation fait désordre. Pour une ville internationale, fière à juste titre de sa vocation et de sa tradition d'accueil, toutes les voies doivent être explorées pour trouver des solutions permettant à Genève d'offir des services dignes de son rang.

On ne peut en particulier évacuer l'hypothèse qu'un jour, les perturbations pour ce service public ne soient plus graves. La responsabilité des élus est en tout cas de se préparer à cette éventualité. Dans le cadre de la révision de la loi sur les taxis qui permet, dans ses dispositions actuelles, des commandes de service préalables pour des taxis extérieurs au canton, on pourrait imaginer, dans le futur, à titre exceptionnel, face à l'urgence, d'élargir le rayon géographique des personnes habilitées à offrir cette prestation. En commançant par les taxis vaudois. Le marché intérieur suisse existe, que diable !

Et puis, diable pour diable, si la situation se détériorait à un point jugé trop grave par l'autorité, pourquoi ne pas ouvrir, dans les mêmes conditions, le canton aux taxis des départements français limitrophes ?

Ce serait la réponse du taxi extérieur au taxi intérieur. Moins romantique que celle du berger à la bergère, mais assurément aussi efficace, qui permettrait de retrouver le chemin de la raison. Après tout, Swissport va bien chercher du renfort hors du canton.

17:12 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |