15/05/2010

aides-soignants: enfin des comparaisons !

Emmené par le SIT, un bataillon d'aides-soignants des HUG est venu crier sa volonté d'une hausse salariale devant l'Hôtel-de-Ville ce 11 mai 2010. Responsabilités accrues, effort intellectuel, formation et expérience, effort physique militeraient en faveur de leurs revendications. Un montant de 300 francs par mois pour les personnes concernées a été articulé.

Au fait, combien gagnent les aides-soignants des HUG ? combien gagnent les aides-soignants des autres cantons dans les hôpitaux publics ? Combien gagnent les aides-soignants des cliniques privées genevoises ? Des chiffres récoltés mettent les revendications du SIT en perspective... et les relativisent.

Début de carrière (salaire annuel) pour la majorité des aides-soignants des HUG :

HUG: 59654 F Zurich: 58812 F Lausanne: 51845 F Berne: 49790 F Bâle: 47771 F Fribourg: 55904 F Neuchâtel: 49830 F Valais: 48750 F

cliniques privées genevoises: 3831 F par mois

Fin de carrière (salaire annuel) pour la majorité des aides-soignants des HUG :

HUG: 81084 F Zurich: 68172 F Lausanne: 75174 F Berne: 62400 F Bâle: 68792 F Fribourg: 84351 F Neuchâtel: 70759 F Valais: 66550 F

cliniques privées genevoises: 4602 F par mois

Ajoutons que les indemnités horaires de nuit, de weekend et de jours fériés sont plus élevées aux HUG que dans tous les cantons concernés. Il convient aussi de savoir que les aides-soignants qualifiés sont au bénéfice d'une formation de 2 ans (soit moins qu'un CFC).

Il ne s'agit pas de relativiser l'apport des aides-soignants dans nos hôpitaux. Il s'agit juste de se rendre compte que leur situation, à Genève, les place quasiment systématiquement au sommet des rémunérations de leur catégorie en Suisse, avec un salaire supérieur qui peut aller jusqu'à 10000 F par an, que ce soit en début ou en fin de carrière. Les rémunérations offertes par Zurich, Berne et Bâle méritent ici une attention particulière.

Quant à savoir si une nouvelle amélioration de quelque 4000 F par an doit leur être accordée, il s'agit d'une décision qui a son coût. En première approximation, il en va de 4 millions par an, sans les incidences sur les caisses de pension et les charges pour l'employeur. Un montant global de 6 millions peut être retenu à ce titre. 

Ultime précision: près de 200 aides-soignants des HUG ne sont plus en classe 7, comme environ 700 de leurs collègues, mais en classe 8, avec un salaire plus élevé. Ils travaillent en effet dans des secteurs aux exigences plus élevées (blocs opératoires, soins intensifs, urgences, anesthésiologie). 

Ces chiffres sont certainement connus du SIT, comme le taux de syndicalisation de ce secteur. Quant à savoir si d'autres mériteraient plus d'attention, le SIT connaît certainement la réponse.

17:36 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Quel est le canton suisse où les loyers sont les plus chers, les assurances maladie aussi?

Y'a-t-il encore des aides-soignant travaillant dans le secteur privé, qui habite à Genève? Là faudrait étendre vos recherches aux cliniques privées de France voisine...

Écrit par : Riro | 15/05/2010

Les commentaires sont fermés.