28/05/2010

"La racaille derrière la frontière" ou l'abjection vociférante

Jour après jour, sans répit, le conducator gominé sème la haine des étrangers en général, des frontaliers en particulier. On avait un instant espéré que l'indigne communiqué prenant prétexte d'infractions routières pour appeler à la mise en fourrière des véhicules étrangers et à stopper "l'invasion frontalière" lui aurait fourni sa dose pour cette semaine d'après la Pentecôte. Pari perdu.

Comme un drogué en manque, il a en effet réussi à hurler, en pleine séance du Grand Conseil, "la racaille à la frontière". Et d'annoncer du même mouvement une manifestation de ses nervis, demain samedi, à une douane de notre canton.

Les infirmières des HUG dont ce personnage est administrateur l'auront-elles entendu sur les étranges lucarnes de Léman Bleu? Aucune idée. Mais à supposer que cela soit le cas, il faut espérer qu'elles passeront par une autre douane pour venir soigner les patients genevois. Que les chaufeurs frontaliers des bus des TPG se fieront pour rejoindre leur outil de travail à un bison réellement fûté. Que le personnel des cafés et restaurants ne se laisse demain pas décourager par l'ambiance de menace, de dénonciation du n°0 du MCG, celui qui vient avant même le n°1.

Et que l'on ne nous dise pas que ces propos étaient sélectifs, qu'ils ne visaient que des délinquants étrangers. Pas une seconde le moindre distinguo n'a été suggéré. Tous dans le même sac. Ausländer raus !

L'ambiance genevoise est devenue vraiment nauséabonde. Le moment viendra où les Genevois se rendront compte du mal causé par pareils propos à leur canton. Et donc à eux-mêmes.     

22:23 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Traditionnellement, à Genève, le mot "racaille" vise une catégorie d'individus sélectionnés, minoritaires. Calvin écrivait en 1559 : "Je parle de plusieurs anabaptistes, de ceux qui appètent être dits spirituels , et telle racaille comme sont les Jésuites et autres sectes."

Quand on parle de "racaille", aujourd'hui, et pas seulement pour les jeunes, on parle de délinquants. D'ailleurs, la manifestation du MCG est une manifestation de soutien aux gardes-frontière, aujourd'hui en nombre insuffisant pour juguler les passages de délinquants aux frontières.


Sur 5000 drogués recensés à Genève, 3000 sont Français, la plupart de France voisine, attirés par une drogue bon marché, une frontière-passoire, des prestations sociales uniques au monde, des locaux d'injection et des sancitons symboliques.

Écrit par : Yves Meier | 28/05/2010

Bravo Pierre !

Écrit par : clr-genève | 28/05/2010

Je connais une personne suisse qui postulait pour un emploi pour lequel elle avait toutes les qualifications. La décision de ne pas l'engager est venue de la décision d'une personne frontalière qui a préféré engager... devinez qui? Avec des qualifications... inférieures. Je précise aussi que la personne de nationalité suisse a une charge de famille.

Vous croyez que cette personne de citoyenneté suisse va voter pour qui aux prochaines élections et aux suivantes?

Écrit par : Johann | 29/05/2010

Monsieur le Député, foin d'hypocrisie, la brillantine de monsieur Stauffer n'est de la même marque que celle de Monsieur Nydegger de l'UDC mais elle coiffe dans le même sens et de plus pour rester dans la metaphore capillaire , elle rase gratis, alors dans un cas, vous envisagez sans broncher de partager le même salon de coiffure (UDC) et dans l'autre vous trouvez que le MCG fait trop de vagues. A force de couper les cheveux en quatre votre électorat va finir par ne plus croire que dans les deux cas la raie est à droite.

Écrit par : briand | 29/05/2010

@Yves Meier:
Merci de préciser vos sources : 5000 drogués recensés dont 3000 Français ?

Écrit par : Philippe C | 29/05/2010

On me demande de donner mes sources sur le nombre de drogués et leur nationalité. Les voici :
http://www.tdg.ch/geneve/actu/drogue-delinquance-font-menage-commun-secteur-gare-2010-01-28

Écrit par : Yves Meier | 29/05/2010

Les commentaires sont fermés.