20/06/2010

Fuites: le Conseil d'Etat ne peut imiter le Conseil fédéral

La présence de Christoph Blocher au Conseil fédéral, la montée en puissance de la presse dominicale outre-Sarine. Ces deux facteurs ont permis le début d'une dérive dans le fonctionnement des institutions helvétiques. Qui a pour nom fuite médiatique. La non-réélection du premier n'y a pas mis fin, les mauvaises habitudes se prenant vite et se transmettant encore plus rapidement. Pas seulement entre conseillers fédéraux ?

C'est ainsi que lors de la dernière séance du Grand Conseil genevois, le chef du MCG a rapporté des propos qui auraient été tenus en séance du Conseil d'Etat deux jours auparavant. Des séances dont la confidentialité a, à ce jour, été particulièrement bien gardée grâce à l'épaisseur des murs de la Tour Baudet et à l'éthique des élus.

De deux choses l'une.

Soit il y a eu fuite, et son auteur mérite d'être identifié par une enquête, interne à l'exécutif, au moins aussi rigoureuse que celle qui concerne l'envoi à la Tribune des photos du fils Khadafi par un "insider" du dossier. Car il en irait de la crédibilité des élus et du respect de leur serment si tel était le cas. Sauf que le subjonctif n'est pas ici que précaution formelle. Il exprime aussi le doute absolu que l'on puisse trouver, dans cette équipe si soudée, le moindre imprudent. Qui aurait intérêt à entretenir des contacts avec le chef d'un parti dont l'action, jour après jour, consiste à déligitimer la démocratie et ses institutions ? "Tous pourris", tel est son cri de guerre populiste.

Soit le chef du MCG, qui semble s'y connaître en matière de non-respect de serment, a menti. Une fois de plus.

D'où la nécessité d'une prise de position de l'exécutif genevoise. Le plus tôt sera le mieux, pour confondre l'histrion. A qui on ne saurait trop conseiller de se remémorer l'école obligatoire qu'il a seule connue. La fable de la grenouille devait encore y être au programme.

On ne résiste pas au plaisir de la reproduire...

Une Grenouille vit un Boeuf 
Qui lui sembla de belle taille. 
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf, 
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille, 
Pour égaler l'animal en grosseur, 
Disant : "Regardez bien, ma soeur ; 
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ? 
- Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ? 
- Vous n'en approchez point.". La chétive pécore.
S'enfla si bien qu'elle creva. 
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : 
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs, 
Tout petit prince a des ambassadeurs, 
Tout marquis veut avoir des pages.

 

17:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Le phénomène gagne même l'équipe de France de football. Les fuites dans les vestiaires et la présence d'un traître en son sein sont responsables de l'échec de la campagne sud-africaine.

Écrit par : Philippe Marton | 20/06/2010

Les commentaires sont fermés.