11/11/2010

Le pauvre PS et la sécurité: la complainte de l'arroseur arrosé

Pauvre PS (comme parti socialiste). La compassion est sincère. Le voilà victime de cyber-terrorisme. Peu habitué au succès, il avait sousestimé sa capacité de gérer une avalanche de consultations de son site, surtout depuis l'étranger. Et d'en appeler au dépôt d'une "plainte pénale contre inconnu". Pénale, s'il vous plaît. Et contre inconnu, puisque les attaquants vont masqués de leur anonymat. 

Pauvre PS. Il ne s'était pas encore rendu compte qu'il était entré dans un nouveau millénaire, que l'époque honnie de l'industrialisation, des mines et de Zola n'était plus. A la définition à sa gauche du communisme (les soviets plus l'électricité), il n'avait pas encore réussi à trouver une définition aussi biaisée à sa droite de la société post-industrielle (la formation plus l'informatique).

Pauvre PS. Il avait cru qu'il était possible de prôner un monde irénique, où tout le monde serait bon et gentil. Les partisans les plus utilement idiots de cette utopie avaient même trouvé un moyen éculé de nier la réalité: abolir l'armée. Et une majorité pour les suivre au dernier congrès du parti socialiste suisse. dont à Genève la si aimable Maria Roth Bernasconi et le si intraitable Carlo Sommaruga.

Pauvre PS. En pleine contradiction hégélienne, il ne trouve aucune incohérence à pourfendre des attaquants insaisissables à force de dématérialisation venus d'Outre-Rhin et à parier sur l'absence de menaces réelles justifiant le maintien d'une armée pour assurer la défense du territoire.     

Pauvre PS. Lui qui a déjà oublié le drame de l'Estonie, tant de fois attaquée, occupée, martyrisée, la dernière fois par les chars du 3ème Reich puis les chars soviétiques, aurait-il aussi oublié l'aventure estonienne où des régiments d'informaticiens russes réussirent à paralyser un pays en juillet 2007, en l'occurrence les sites du gouvernement, des partis politiques, des médias et du monde des affaires ? Croit-il la Suisse armée contre ces genres de menaces ?

Pauvre PS. Le voilà réduit à appeler à la rescousse le droit contre inconnu. A qui demandera-t-il protection le jour où ce qui reste d'armée ayant été au mieux convertie en protection civile, au pire vendue à l'encan, un ennemi, tout aussi inconnu que le sien d'aujourd'hui, aura pris le contrôle de ce pays ?

Pauvre PS. Lui qui connaît par coeur la complainte de Bertolt Brecht sur l'absence de vigilance face au fascisme qui fait que le moment venu il n'y a plus personne pour défendre le citoyen de la barbarie, il reçoit aujourd'hui la sincère compassion d'un politicien bourgeois attaché aux valeurs qui fondent une démocratie, dont la sécurité. Mais cette compassion n'est pas sans condition. Elle dépend de la volonté de résistance de ce parti. Or, comme cette volonté est proche de zéro à l'heure actuelle, il y a comme une légère ironie dans l'expression de cette compassion...  

PS (comme post-scriptum): voici les premières lignes du communiqué du PS. Qui sait si ce ne seront pas les dernières...

"Depuis lundi, le serveur Internet du PS Suisse fait l'objet d'attaques par déni de service (DDOS). Le PS condamne vigoureusement cette offensive anti-démocratique dont nous ne sommes pas encore en mesure d'identifier le ou les auteurs, ni d’ailleurs leur motivation. Le PS a signalé cette attaque à la Centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information MELANI et examine le dépôt d’une plainte pénale contre inconnu."

"Quand les nazis s’en sont pris aux communistes, Je me suis tu, car je n’étais pas communiste… Quand ils ont emprisonné les sociaux-démocrates, Je n’ai rien dit, car je n’étais pas socialdémocrate Quand ils ont emmené les juifs, Je n’ai rien dit car je n’étais pas juif.. Quand ce fut le tour des catholiques, je n’ai rien dit parce que je suis protestant… Et quand ils sont venus chez moi, Il n’y avait plus personne pour élever la voix"

15:57 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Excellent papier sur le PS. Je pense que vous résumez assez la situation qui reigne dans ce parti à la dérive depuis de nombreuses années. Ce qui est le plus navrant, c'est qu'ils ne semblent pas se rendre compte des problèmes sécuritaires que nous vivons actuellement dans notre pays. Tout le monde n'est pas gentil comme ils le disent si souvent et je finirai en disant qu'on ne peut pas aider tout le monde non plus (clin d'oeil pour le PS).

Écrit par : davide | 11/11/2010

Le PS devrait alors engager des animateurs culturels pour faire face à cette attaque cyber-terroriste !

Écrit par : Jean Romain | 11/11/2010

Ou des médiateurs de nuit...

Écrit par : Antoine Bertschy | 11/11/2010

Les commentaires sont fermés.