19/08/2011

Schengen+ : le conseil fédéral doit reprendre la main

Assurer la sécurité de la population est un des objectifs de la Confédération. Or, par sa gestion du corps des gardes-frontière qui a oublié l'importance de la présence dissuasive sur le territoire, elle a manifestement négligé cette responsabilité (http://www.ezv.admin.ch/ezv/00434/01475/index.html?lang=fr). Le moment est venu pour elle de reprendre la main, pour ce qui est de sa compétence, au lieu de donner des leçons aux cantons, en l'occurrence à Genève. 

Cela ne fait que donner plus de pertinence encore à mes propositions, résumées par le slogan "Schengen plus pour plus de sécurité", lancées le 1er août à Avusy (http://pierreweiss.blog.tdg.ch/archive/2011/08/01/l-appel...) et précisées après la lecture qu'en avait faite Pascal Decaillet (http://pierreweiss.blog.tdg.ch/archive/2011/08/03/la-secu...). Mais fixer de nouveaux objectifs ne suffit pas; il faut aussi proposer des moyens pour les atteindre. Voici mes propositions, mais d'abord quelques remarques.

Il est bon que la Berne fédérale - ou une partie d'entre elle personnifiée par la "cheffe" du Déparrtement des affaires étrangères - prenne enfin conscience de l'insécurité vécue par les Genevois. Il aura fallu qu'un fils de fonctionnaire international se fasse attaquer au centre-ville pour que Micheline Calmy-Rey adresse un courrier à Isabel Rochat. Peu importe les motivations de la première dame du pays et passons sur le fait que l'insécurité était connue des Genevois avant qu'elle ne s'en avise. Car quand la Genève internationale rencontre des difficultés, la Berne fédérale se doit d'intervenir. Elle l'a fait, elle a bien fait de la faire, mais elle ne fait pas oublier tout ce qu'elle n'a pas fait, voire ce qu'elle a défait. Dont l'irresponsable décision de retirer 150 gardes-frontière de la protection du territoire de ce canton pour les affecter au contrôle des voyageurs de l'aéroport international de Genève (AIG). Et les 48 gardes-frontière qui seront affectés au terrain en 2012, quand ils auront fini leur formation, ne compenseront que pour un tiers ce retrait.

Cette décision était en fait doublement irresponsable. Sur le fond, parce qu'elle réduisait quasiment de moitié les effectifs affectés à la sécurité de notre frontière une fois l'Accord de Schengen entré en vigueur, en 2008. Mais sur la forme aussi, puisque la convention conduisant à la fin des activités de la police cantonale à l'AIG a été passée directement entre le Conseil d'Etat et la direction des douanes suisses, comme s'il s'agissait d'une simple affaire administrative. Or on aurait pu imaginer qu'une question de cette importance politique eût pu intéresser le Conseil fédéral. Que nenni ! Une fois de plus, on assiste à une prise de pouvoir rampante de l'administration sur les élus.

Cette décision n'était pas seulement irresponsable, elle était aussi mauvaise. Elle ronge, elle mine, elle détruit de l'intérieur l'identité professionnelle du garde-frontière en le transformant en garde-barrière. Il avait le territoire comme habitat et le ciel comme horizon, elle les remplace par une guérite de verre et un hall d'arrivée. Pas étonnant si la démotivation a conduit les meilleurs d'entre les gardes-frontière, des chasseurs par nature, à réorienter leur carrière. En clair, à démissionner pour devenir gendarme ou agent des polices municipales ou des entreprises de sécurité privées. Alors qu'il aurait été plus simple, plus efficace, plus économique aussi, de recourir à des auxiliaires administratifs, en tout cas pour le contrôle des passeports à l'AIG.

Voilà donc la premier moyen pour récupérer des gardes-frontière sur le terrain. Au lieu de faire suivre une école exigeante de formation aux tâches de gardes-frontière, utiliser pour l'exercice plus simple de tamponner des passeports - c'est à peine une caricature - des détenteurs d'un "simple" CFC. Surtout quand on sait que l'AIG souhaiterait multiplier les points de contrôle pour réduire les temps d'attente des passagers et programme donc une pénurie de personnel !

Mais il ne suffira pas d'avoir un personnel un peu moins étique, c'est à dire en quantité un peu maigrichonne, encore faudra-t-il le garder. Or la suppression de l'indemnité de résidence - environ 3000 francs - octroyées aux gardes-frontière genevois pour attirer des effectifs vers ce canton cher va être supprimée. Un comble ! Non seulement Berne n'en propose pas l'augmentation - qui serait indispensable, compte tenu du différentiel salarial avec les policiers cantonaux ou simplement municipaux - mais elle s'achemine vers la suppression de cet appoint salarial. Comme si les conditions offertes étaient suffisamment attirantes, comme si le marché du travail était  l'équilibre. On croit rêver. La direction des douanes ignore-t-elle les compléments salariaux que certains de ses collaborateurs se sont créé, par exemple en dressant des chiens, pour compenserdes rémunérations trop faibles? D'autre dérives pourraient menacer. Il s'agit donc de se lancer fissa dans une analyse comparative sérieuse des salaires des professions de la sécurité, et de procéder, le cas très certainement échéant, aux adaptations (lire: aux augmentations) indispensables.

Résumé d'étape: plus de gardes-frontière sur le terrain, dont une partie peut provenir de l'AIG et y être remplacée par des auxilaires, au minimum conserver voire augmenter l'indemnité de résidence, sauf à vouloir transformer le ou la directrice des ressources humaines des douanes en Pénélope qui défait la nuit ce qu'elle fait le jour. 

Il y a aussi des bonnes nouvelles. L'autre mesure que j'ai demandée, le contrôle automatique des plaques de voiture aux passages de la frontière, est en passe de monter en puissance. Alors qu'il n'existe aujourd'hui qu'un seul passage équipé (Perly) dans le canton, 38 installations ont été commandées pour être installées à court terme aux frontières genevoises. Et connectées aux systèmes informatiques Ripol, Interpol et SIS. Les voleurs de voiture n'ont qu'à bien se tenir.

Mais Genève n'est pas toute la Suisse. Ces gardes-frontière supplémentaires, ces installations de contrôle devront être déployées sur tout le territoire. Or on en vient à se demander si la direction des douanes a pris la mesure des enjeux. On la sent réactive plus qu'active, d'une grande timidité dans ses demandes au Conseil fédéral. Une mise à plat de sa perception des moyens spécifiques, gestion du personnel comprise, et pas seulement des objectifs généraux, des missions et besoins futurs, pourrait ainsi faire l'objet d'un audit fort utile, même à la direction aujourd'hui en place.

Conclusion: retrouver le nombre de gardes-frontière de 2003 affectés à la surveillance du territoire, comme le promettait le Conseil fédéral lors du vote de 2005 sur Schengen, engager des auxiliaires là où les "chasseurs" ne sont pas nécessaires voire se démotivent, mettre à niveau l'indemnité de résidence, équipper les passages de frontière d'installations de contrôle des plaques de voiture, procéder à un audit du management sont autant de moyens qui permettront à la Confédération d'être crédible auprsè des cantons. Surtout la prochaine fois qu'il lui prendra l'envie de faire la leçon à ceux qui n'ont pas attendu qu'elle se réveille pour se préoccuper de la sécurité de leurs citoyens.

Pour autant, Genève doit aussi faire sa part. La qualité de collaboration entre gardes-frontière et police cantonale, pour prendre cet exemple, doit être au moins aussi bonne qu'entre gardes-frontière et gendarmerie nationale française. C'est dire s'il y aura du pain sur la planche lors de la réunion du 12 septembre 2011 qui mettra à la même table Berne et Genève. On peut en tout cas en attendre une diminution des envois de courrier...  

NOTES :

Genève n'est pas le seul canton concerné par cette décision de retrait des gardes-frontière pour les transférer dans les aéroports. Bâle et Tessin, qui ont tous deux des aéroports internationaux, sont aussi touchés. Au total, 212 collaborateurs de ce corps sont aujourd'hui retirés du territoire pour contrôler les passagers des vols de et vers des pays ne faisant pas partie de l'espace dit de Schengen (http://www.bfm.admin.ch/content/dam/data/sicherheit/geset...). En revanche, Zurich continue de faire contrôler par des fonctionnaires cantonaux les passagers arrivant à l'aéroport de Kloten qui en ce sens est resté "unique".

Dans les faits, cela revient, pour Genmève, à contrôler à l'AIG les voyageurs d'Afrique (443 000 en 2010), d'Amérique du Nord (436 000), d'Asie (508 000) et de certains pays européens extérieurs à Schengen.  (Croatie - 21 000, Irlande - 99 000, Roumanie - 27000, Royaume-Uni - 2 615 000, Russie - 184 000, Kosovo 48 000, Ukraine 12 000), soit un total de 4 393 000 sur 11 402 000 passagers, soit 38% du total. Mais on voit bien que trois fois sur cinq, la tâche revient à contrôler les passagers, souvent des skieurs, de Grande-Bretagne et d'Irlande.

 

 

 

   

16:49 | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Mais mon bon Monsieur, votre article correspond à l'état d'esprit de passablement de personnes censées à Genève et en Romandie. Le seul problème, la mise en application de vos solutions restera malheureusement "lettre morte" en Röstiland. Nous sommes gouvernés par un certain nombre de pleutres. C'est regrettable mais que pouvons nous y faire ? Se rendre aux urnes et voter correctement c'est certain et naturellement à droite !!!
Il est vrai que faire effectuer des contrôles douaniers à l'aéroport de Cointrin par des gardes-frontière est totalement crétin. Il serait effectivement possible d'engager des retraités, des volontaires, des chômeurs candidats à cette tâche et après une formation accélérée qu'ils puissent occuper lesdits postes sous la responsabilité des autorités.

Écrit par : Pauvresromands | 19/08/2011

Je suis tout à fait d'accord avec vous !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19/08/2011

orthographe:

...équiper les passages de frontière
...C'est dire qu'il y aura du pain
...cela revient, pour Genève

4/6

c'est bien, mais vous être trop pressé! relisez avant de poster!


sur le fond:

"Il est vrai que faire effectuer des contrôles douaniers à l'aéroport de Cointrin par des gardes-frontière est totalement crétin."

Ah oui, mais l’œil averti, le flair du limier, qu'en faites-vous? Et vous oubliez que les douaniers sont, à l'image de Fernand Raynaud et de son sketch, une corporation très... éveillée et perspicace!

Écrit par : denise | 19/08/2011

Mieux vaut tard que jamais M. Weiss. Mais je préfère l'original à la copie. ABE

Écrit par : Amar | 20/08/2011

Et voila que Corto remet sur la table la présence d'officines du hezbollah en Suisse et ceci sur invitation de Madame Micheline Calmy Rey, ces membres du hezbollah et du hamas ont reçu de la Berne fédérale des documents diplomatiques alors qu'ils sont activement recherchés par toutes les polices de l'union européenne. mais quel silence autour de cette violation de décisions onusiennes, de décisions relatives à la charte des droits de l'homme.
En plus pour parfaire le tableau, parmi ces "délégués" officiels, il y a l'un des responsables dans le meurtre de l'ancien président libanais, M. Harriri, cette information fait la une de certains journaux du moyen-orient et pas un mot en Suisse !

Écrit par : Corto | 20/08/2011

Shalom,

Oui, encore et encore, hier, nous nous baignons sur la plage d'Ashdot, car beaucoup moins fréquentée que celle de Tel-Aviv. A peine l'eau arrivait au torse, que la sirène se mit à hurler, les surveillants de la plage expliquent calmement avec leur mégaphone que nous devons tous nous rendre dans les locaux protégés situés sous la promenade du bord de mer, à peine que nous fûmes tous abrités, deux explosions retentissent et cet la fin de l'exercice, pas de dégât ni de blessé, grâce à D.ieu car ces missiles grads sont fait pour tuer, leurs charges explosives sont remplies de morceaux de métal et de billes d'acier, quand ces engins explosent, ils projettent leurs vomissures de mort, 500 mètres à la ronde !

Alors que l'état d'Israël fournit gaza en eau, en électricité, en carburant et en vivres, sans parler des centaines d'hospitalisations mensuels pour soigner les populations de Gaza, en échange, que reçoit Israël pour remerciement, des engins de mort dont l'un d'eux à gravement blessé un israélien dans une Synagogue d'Ashdot !

Sans parler des 8 morts du jour précédent sur la route d'Eilat, sans parler des 500 missiles lancés sur Israël depuis le début 2011, sans parler des dizaines de tentatives opérées depuis Gaza et avortées grâce au génie de Tsahal !

Les petits protégés des nations-unies ont reçu un permit de tuer des Juifs, l'Egypte recommence avec les même slogans qu'en 1967, la Syrie on en parle même pas, le concert des nations arabes vont elles retomber dans le même cercle afin de sauver leur pantalons à ressorts ? Vont-ils proposer un nouvel holocauste en contre-partie de la frustration généralisée régnant dans leurs dictatures sanguinaires, en échange du chaos, une vengeance contre le peuple Juif donnera t-il le change contre l'enragement culturelle du monde en général et arabe plus particulièrement, enfin un monde arabe qui cache la forêt !!!

Le monde occidental est définitivement perdu, il cache son antisémitisme derrière la rage des populations les plus désemparées de la planète, juste derrière le chaos arabe, l'ensemble des "démocraties" occidentales porteuses des "droits de l'homme", ce conglomérat d'arabes et d'occidentaux en confrontation directe et indirecte, avec le peuple Juif, au seul peuple resté debout face à cette mort fulgurante des civilisations !!!

Mais sachez, que les "choses" vont très vite, qu'il y a un point de non-retour, une fois franchit, plus d'espoir possible !!!!!!

Écrit par : Corto | 20/08/2011

En bon politique, il aurait fallu anticiper et ne pas conseiller le vote en faveur de la libre circulation/schengen!
C'est un peu facile maintenant.
La seule solution c'est voter UDC en automne, car c'est le seul parti qui depuis 20ans a toujours su donner les bonnes consignes de vote pour protéger le pays et ses intérêts, ses habitants, ses villes, villages et autres bourgades.

Écrit par : Corélande | 20/08/2011

1. SAVOIR
que les communes françaises frontalières comme Gaillard ont fermé leurs postes de gendarmeries/polices
- tout genevois victime dans le 74 doit se rendre au seul commissariat existant à Annemasse, faire ses heures d'attente pour déposer une plainte, qui sera refusée. sauf si pour assurances

et se délestent de toute responsabilité aux frontières,
- sur les forces de sécurité & de contrôles douaniers suisses en poste (ou pas) sur les nombreuses frontières genevoises.

2. DEMANDER
au Conseil Fédéral, aux responsables de la sécurité du territoire, des forces de police (sachant que les effectifs douaniers sont plus que rabougris),

quelle est la stratégie de sécurité des frontières, interpol et systèmes informatiques européens inclus, de notre pays, concernant la poursuite de:

- tous trafics humains (sous couleur de mendicité organisée, passage de clandestins & travailleurs au noir stationnant aux frontières, go-fast drogues, voitures etc)

- toutes organisations criminelles européenne profitant de la Suisse pour fuir ou s'évader de leurs poursuites (systèmes informatiques coordonnés et échanges)

Sauf qu'on se demande
pour encore combien de temps le Conseil Fédéral se contera de faire avec

Y A-T-IL UN PILOTE DANS L'AVION CH ?

Écrit par : CHitude | 20/08/2011

Corélande, vous pensez que mettre des douaniers aux frontières ou s'en prendre aux immigrés trainant dans nos rues aurait changé quoi que ce soit ?

Au mieux, la Suisse aurait héritée des plus acharnés des immigrés, ils seraient plus armés et plus près à commettre des crimes encore plus violents.

Ne pas confondre une Europe de Schengen et une Suisse entourée d'une Europe de Schengen complétement autiste tentant un bras de fer avec 300'000 d'européens, ce serait une catastrophe, sans les accords de Schengen, la Suisse serait devenue la poubelle à réfugiés d'un océan hostile !

En deux mots, si nous avions suivis les consignes de l'UDC, la Suisse serait envahie par tous les pires des criminels fuyant l'Europe de Schengen !!!

Écrit par : Corto | 20/08/2011

300'000'000 d'européens

Écrit par : Corto | 21/08/2011

Le mal est fait,
Gestion du personnel lamentable, réorganisation pour mettre les plus incapables mais surtout les plus dociles en place.
Propagande et mensonges auprès de la population et du personnel.

Politique du travail a la coche.
Harcèlement du personnel et dévalorisation.

Le corps des gardes-frontière va bien, tellement bien que la plupart sont dégoutés et tant que les officiers t les pantins qu'ils ont mis en place ne seront pas remplacés, ils ne faudra pas attendre de la motivation et du plaisir au travail.

L aventage du travail a l'aéroport est qu il est plus facile, moins pénible et qu il est bien moins dangereux et la si ils ne font rien, cela ne leur ai pas reprocher.


Les gardes -frontières en ont ras-le-bol !!!!!!!!!!!'

Écrit par : Desperados | 21/08/2011

Bien évidement le canton accuse la confédération dêtre responsable de la situation sécuritaire à Genève.

Mai le canton semble oublier que c'est lui qui a remis aux gardes-frontière les contrôles des passeports à l'aéroport ( environ 65 hommes/jours) et qui a de ce fait faillit à ses obligations.

C'est également la faute au chef du corps des gardes-frontière si la situation sécuritaire de Genève est ainsi en frontière, c'est lui qui a voulu a tout prix à nimporte quel prix reprendre ces tâches et cela peu importe les conséquences.

Por finir, je serais curieux de savoir ou va l'argent que le canton touche et qui ne devrait revenir au département des finances vu que c'est les gardes-forntière qui font le travail payé par la confédération et plus le canton.

Genèpve veux l'ârgent de Berne mais pas en assumer le tavail.

Belle Hypocrisie, et très belle démonstration de l'incompétence des cadres et dirigeants, heureusement qu'ils sont à l'état ou à Confédération car au privé ils seraient à la PORTE !!!!!

Écrit par : Fatton | 21/08/2011

@ Corto : "grâce à D.ieu " ??? c'est nouveau, ça ! Je savais pas qu'on avait la translittération en français! Si Dieu le veut, Au nom de Dieu, je connaissais, mais "grâce à Dieu", alors, c'est pas du même acabit? L'occurrence qu'on ne peut décrire, c'est HaShem!

Écrit par : denise | 22/08/2011

Bonjour à tous,

Ancien garde-frontière reconvertis, je n'ai qu'un mot à dire : si les dirigeants n'ont pas les cordons de la bourse dans leurs mains, et qu'ils doivent recruter des cadres provenant d'autres corps de police, il est évident qu'ils attirent des personnes dont l'ambition n'a d'égal que l'incompétence.

C'est ce qui s'est produit en 2006, lorsque des personnes ont été engagées en qualité d'officier garde-frontière, alors qu'il n'avaient tout au plus qu'une expérience de chef de groupe dans une gendarmerie ou une police judiciaire.

Forts de leur nouvelle fonction, il se sont escrimés à inférioriser le personnel garde-frontière qui, de fait, avait une expertise plus grande et une culture différente de la leur.

Ainsi tombent les grandes puissances, l'arrogance et le manque de vision...

Écrit par : Richard Baumann | 26/08/2011

Des chiffres en dessus de la réalité il faut les divisers par 2 et peut être plus.

Mais c'est certain que c'est tellement honteux que cela doit être secret défense pour cacher la vérité au peuple.

Écrit par : andrea | 27/08/2011

Les commentaires sont fermés.