14/10/2011

Le devoir de vote

 

La sollicitude verbale dont bénéficient les entreprises en période électorale ne trompe personne. Là comme dans d’autres domaines de la vie sociale, seuls les actes des élus comptent, surtout s’ils sont validés par des effets positifs dans les domaines qui les concernent au premier chef, de la formation aux infrastructures de transport, des assurances sociales et de la fiscalité au poids de la bureaucratie. Mais dès lors que ceux-là sont constatés et que ceux-ci sont vérifiés, la responsabilité de l’entrepreneur, de ses cadres sinon de tous ses collaborateurs est engagée. Une responsabilité qui s’appelle devoir de vote.

 

Cette responsabilité les oblige en effet à remplir leur part d’un contrat implicite : tu as compris mes problèmes passés, je t’appuie pour résoudre mes difficultés futures. Sinon, faute de mobilisation, les places au parlement seront occupées par d’autres, aux vues indifférentes au succès de l’économie de marché, voire divergentes. A cet égard, l’échéance des élections fédérales du 23 octobre 2011 apporte son lot de préoccupations.

 

Même si le passé ne prédit pas le futur, comme il est dit en substance sur les recommandations de placement des établissements bancaires, la prise en considération des votes effectifs est éclairante dans le domaine politique.

 

A cet égard, l’analyse systématique de 386 votes portant sur 36 décisions concernant les PME[1] met en évidence le soutien en premier lieu du PLR (avec des scores allant de 80,4 à 64,2, mais en occupant les 16 premiers rangs de façon compacte) suivi de l’UDC (de 77,7 à 72,4). LE PS (de 30,6 à 28) et plus encore les Verts (de 31,5 à 26,8) confirment leur posture négative envers les PME ; quant au PDC,  il se place en position en apparence intermédiaire, mais plus proches par la majorité de ses scores des intérêts des entreprises (de 71,6 à 42,5).

 

Cette analyse, présentée en janvier 2011 aux Journées de l’USAM de Klosters, est confirmée par une recherche plus récente de la NZZ am Sonntag du 14 août 2011. « So liberal ist das Parlament » souligne le libéralisme économique des trois grands partis bourgeois, PLR (indice 82,9), de l’UDC (75,3) et du PDC (62,2), comme l’illibéralisme du PS (20,9) et surtout des Verts (16,8).

 

Pour autant, il ne faut pas négliger certaines indications fondamentales concernant le futur. L’initiative « contre l’immigration de masse » lancée par l’UDC témoigne ainsi d’une volonté de dénonciation spectaculaire de l’Accord bilatéral sur la libre circulation des travailleurs conclu avec l’Union européenne.

 

Sans même évoquer les effets en cascade sur les autres Accords déjà en vigueur ainsi que sur les difficiles négociations en cours, cette initiative est porteuse d’un risque considérable. Sans polémiquer ici sur la peur de l’étranger qu’elle véhicule, il convient de rappeler l’apport des centaines de milliers de collaborateurs que les entreprises suisses ont pu recruter au sein des pays de l’UE depuis l’entrée en vigueur de ces Accords. Des recrutements – il est bon de le rappeler – qui n’ont pas eu de lien avec le chômage que connaît la Suisse.

Une démonstration élémentaire se trouve à ce propos dans le pourcentage de travailleurs suisses au chômage (2,1% contre 5,3% pour les étrangers). Une autre dans l’initiative du Département fédéral de l’économie « Du personnel qualifié pour la Suisse »[2] qui met en lumière, à l’horizon 2020, la pénurie de personnel, singulièrement qualifié, menaçant les entreprises suisses. Tous les réservoirs de main-d’œuvre devront être exploités – jeunes et moins jeunes, et surtout les femmes, mais aussi les étrangers – et des efforts massifs de formation, de formation continue voire de reformation devront être entrepris.

 

Quand certains se gargarisent du concept abstrait d’entreprise citoyenne, il est essentiel que les entrepreneurs démontrent concrètement qu’ils sont des citoyens. Des citoyens conscients des enjeux auxquels la Suisse est confrontée. En toute liberté, en pleine responsabilité.    

 (Chronique parue dans l'Agefi du 14 octobre 2011)

 

 

09:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.