08/10/2012

Grâce à la fusion CIA-CEH, des rentes vont augmenter

Une augmentation, parfois sensible, des rentes des fonctionnaires grâce à la fusion de la CIA et de la CEH. Voilà ce qu'offrira bel et bien la future caisse de pension de l'Etat de Genève (CPEG) aux collaborateurs de l'Etat se situant dans les classes de traitement 4 (la plus basse) à 8, et une quasi stabilité pour les fonctionnaires des classes de traitement 9 (secrétariat) et même 10 (commis administratifs).

A noter que la classe 5 comprend les travailleurs du nettoiement, la classe 6 les machinistes conducteurs, la classe 7 des commis administratifs, la classe 8 des employés à l'exploitation de l'informatique.

On peut regretter ces augmentations de rentes, en se plaçant du côté des contribuables ou même des cotisants à des caisses de pension privées, ou se féliciter de la générosité d'un conseil d'Etat qui a été très large avec l'argent des contribuables au fil des négociations qu'il a menées avec le Cartel intersyndical de la fonction publique, mais telle est la réalité.

Le comble est que le quarteron d'idéologues du syndicat SSP/VPOD qui a décidé du lancement d'un référendum refuse de lire les chiffres. Et de prétendre à une "diminution massive des pensions (les diminutions seront d'environ 1000 F par mois pour la salariés en classe 15, une classe médiane)". Un montant tout ce qu'il y a de plus faux, comme cela sera documenté dans un prochain épisode qui intéressera plus particulièrement les assistants sociaux concentrés dans cette classe.

Pour le moment, voici les chiffres pour la classe de traitement 4 qui concerne des personnes procédant à des entretiens d'immeubles (effectifs en 2011: 139 personnes). Répétons qu'il s'agit là des salaires les plus bas de l'Etat de Genève.

Précisions qui ont leur importance: ces chiffres s'entendent pour des retraites après une carrière complète (CEH: 37,5 ans, CIA: 38 ans, CPEG: 40 ans), en annuité 22, avec un taux d'activité et un taux moyen d'activité de 100%; ils supposent, le cas échéant, que les personnes concernées ont comblé leurs lacunes en la matière par le biais de rachats.

Ils concernent des fonctionnaires célibataires, mariés et les couples de fonctionnaires concubins et mariés.

Ils ne donnent pas davantage d'indication sur les mesures transitoires pour les personnes proches de la retraite qui ont intérêt à s'adresser à leur caisse de pension pour le calcul précis de leur rente future. Le lecteur intéressé se référera toutefois à l'art. 99 du projet de règlement transitoire de la future CPEG qu'il trouvera à l'annexe 2.1 du rapport de majorité sur le PL 10947-A (disponible à l'adresse  http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL10847A.pdf).

Traitment légal brut : 72 854 F

Traitement net: 62 501 F

Rente CIA (actuelle) pleine: 29 255 F

Rente CEH (actuelle) pleine: 30 918 F

Rente CPEG (future) pleine: 31 645 F

Rente AVS (célibataire):  26 133 F

1/2 Rente AVS (marié):  19 600 F

Rentes AVS + CPEG en F et % du traitement net (célibataire) : 57 778 F, soit 92%

Rentes AVS + CPEG en F et % du traitement net (marié) : 51 245 F, soit 82%

Rentes AVS et CPEG en F et % du traitement net pour un couple entretenant des immeubles concubins: 115 556 F, soit 92%

Rentes AVS et CPEG en F et % du traitement net pour un couple entretenant des immeubles marié : 102 490 F, soit 82%

Rappel: le mandat constitutionnel prévoyait que l'AVS et le 2ème pilier devaient couvrir 60% du revenu.

Ces chiffres se passent à ce stade de tout autre commentaire.

11:41 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

La chose que l'on sait qui va augmenter, c'est l'age de la retraite. Quant aux rentes augmenter ? pendant combien de temps ?

Écrit par : plume noire | 08/10/2012

Les seuls commentaires logiques que l'on peut faire sont les suivants :

- avec une part employeur à 16% et une part employé à 8%, la CIA arrive à se trouver en situation de sous-capitalisation massive

- celà signifie en quelque sorte que les rentes payées aux fonctionnaires correspondent à des taux de cotisations "réels" beaucoup plus élevés...
C'est donc le contribuable qui finance "à la louche" environ 10% à 15% de cotisations supplémentaires (en sus des 16% de l'Etat et 8% du salarié).

- au final, le salarié de la fonction publique genevoise cotise pour 8% chaque année, l'Etat 16% et le contribuable entre 10% et 15%.

- conceptuellement, ce n'est pas du Madoff, mais infine on approche le résultat

Écrit par : realityshow | 09/10/2012

Les commentaires sont fermés.