13/09/2013

Pénurie d’enseignants : les vraies raisons

Comme à chaque rentrée, les associations professionnelles d’enseignants font état de leur analyse des causes de la pénurie, à venir, et du malaise actuel, lui, des enseignants. Les conditions salariales sont trop rapidement mises en cause. Pour qui connait la situation sur le plan européen et la réelle rémunération des enseignants en Suisse, cette explication fait même sourire. En fait, le problème est ailleurs, essentiellement dans le manque de considération pour cette profession, probablement la plus belle de toutes. N’a-t-elle pas pour vocation d’élever les élèves, nos enfants, au mieux de leur potentiel, jusqu’à rendre leur réflexion autonome et leur savoir factuel et critique ?

Selon une étude récente portant sur 31 pays de l’UE et de l’EEE, la disparité des salaires est la première conclusion qui frappe, y compris entre des pays économiquement proches. Toutefois, de la Bulgarie, avec un salaire annuel brut médian de 4271 € au Luxembourg, 1er de classe, avec un salaire allant jusqu’à 112 736 € pour le primaire et 125 671 € pour le secondaire, la profession est la même, les problèmes aussi. Le déséquilibre entre l’offre et la demande est d’ailleurs la situation la plus fréquente, dès lors que nos sociétés ont opté pour le libre choix des études !

Une grande enquête Eurydice, toujours valable, portant sur « la profession enseignante au 21ème siècle », diagnostique de son côté la perception de la profession par les enseignants et la société. Et propose trois pistes de réflexion qui ont de quoi donner de l’espoir.

Les enseignants s’y disent en général assez satisfaits de leur métier (98% en Suède dans le seocndaire, indépassable, et quand même 66% en France). L’autonomie et la qualité des relations avec les élèves et les collègues sont des plus motivants. Mais les conditions de travail peuvent être complexes et la charge de travail lourde, contrairement aux apparences et aux discours simplistes sur la longueur de leurs vacances. Une partie significative d’entre eux, de 12% à 50% selon les pays, est toutefois prête à renoncer à leur métier. En cause, le regard un brin méprisant porté par la société, en clair par des parents qui préfèrent pour leurs enfants la facilité à l’ascèse et à l’effort que supposent les études.

Pour pallier ce manque potentiel et former davantage d’enseignants, certains pays développent des voies alternatives de formation (apprentissage à distance, validation des acquis obtenus dans d’autres secteurs d’activités, formation en emploi). Cela suppose un mélange savant entre une certification basée sur la maîtrise des matières et une certification axée sur la maîtrise des compétences.

Enfin, la motivation peut s’effilocher, au fil des rentrées. Pour en maximiser le niveau et la durée, des systèmes de retraite anticipée ont été mis sur pied. A ce qui peut passer pour une démission face à l’obstacle, on préférera les aménagements de fin de carrière, avec notamment le tutorat offert à de jeunes collègues. Bref, développer la transmission du savoir (-faire), à ne pas laisser dans les mains des seuls pédagogues !

(Version sans notes de l'éditorial paru ce 13 septembre 2013 dans Entreprise romande)

17:32 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Et pourquoi ne pas évoquer le salaire médian (une hypocrisie, soit dit entre nous, comme pour les caisses de pension de l'Etat de Genève) de nos CHERS enseignants SUISSES ??

Le parler-vrai, c'est jusqu'au bout, non ?

Écrit par : Achille Tendon | 13/09/2013

Ah ben, purée, je sais finalement quelle est la vraie raison....quelle clarté, Monsieur Weiss.....

Écrit par : vieuxschnock | 13/09/2013

Il faut bien alimenter les subprimes !!

Parce que les comptes des caisses et de leurs filières de gauche ne sont pas si transparentes que ça, mais le plus drôle, c'est que ce sont les mêmes qui hurlent contre les banques américaines qui sont le plus les mains dans la farine.

Toutes les caisses de pensions européennes font ramer leurs épargnants pour reboucher les trous de 2008 et ne veulent pas avouer les dégâts faits !

Écrit par : Corto | 17/09/2013

Les commentaires sont fermés.