29/09/2013

La gauche dérape. Le MCG ferait mieux de balayer devant sa porte

"Oui aux Grippen, bombardons Cologny !". Cette inscription à l'humour très Hara-kiri retenue pour une pancarte d'un militant de gauche (http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2013/09/29/manifestation-pour-le-logement-fichage-massif-a-geneve-24775.html) et lue par un candidat MCG au Grand Conseil lors d'une manif sur le droit au logement (qui a rassemblé quelques petites centaines de manifestants samedi 27 septembre à Genève), le scandalise. Il se demande quelles seraient les réactions à gauche si un militant du MCG proposait de bombarder un camp de Roms.(http://ronaldzacharias.blog.tdg.ch/archive/2013/09/29/manif-de-gauche-pour-le-logement-oui-aux-grippen-bombardons.html). On imagine déjà les bien-pensants de "gôôôche" se draper dans leur indignation humaniste en refusant d'y voir la moindre trace d'humour Minute.

Pour ma part, je suis évidemment candalisé par cette déclaration de violence qui pue les pires heures de la lutte des classes. J'écris cette note un regardant un excellent reportage sur Staline et ses descendats diffusé par la "deux". Le stalinisme, 30 millions de morts ! Quelle association s'en soucie ici, à la manière de "Memorial" en Russie (http://www.planete-libertes.info/memorial.htm) ? Pendant ce temps, les épigones communistes, trotzkistes voire staliniens de l'extrême-gauche genevoise s'apprêtent à revenir au Grand Conseil. Et peu nombreux sont ceux qui s'en inquiètent. L'accusation d'anti-communisme réussit toujours à culpabiliser les bien-pensants de la majorité... silencieuse.

Je suis tout autant scandalisé par le tous-ménages du MCG qui en appelle, sans la moindre intention humoristique, à l'"éradication des frontaliers", comme j'ai eu l'occasion de le dire à divers media (Le Temps du 26 septembre, la Tribune de Geneve et le Courrier du 27 septembre). Une déclaration considérée comme "pénalement répréhensible" par le conseiller national Mauro Poggia et qui pourrait faire l'objet de (pour)suites ! Précisons que M. Poggia ignorait le contenu des tous-ménages qu'il distribuait. Probablement parce qu'il lui est difficile de maîtriser les dossiers bernois - en étant exclu de toute commission - et de suivre en même temps la campagne électorale genevoise. Peut-on imaginer cet homme au Conseil d'Etat ?

22:46 | Lien permanent | Commentaires (36) | |  Facebook | | | |

28/09/2013

Les Verts voilent un voile vert

Émilie Flamand-Lew, la présidente des Verts genevois, délire, pour reprendre son propre terme, quand elle m'accuse dans le courrier des lecteurs de la Tribune de Geneve du 27 septembre de vouloir "interdire aux jeunes filles qui portent le foulard de fréquenter l'école publique". Je la mets au défi de trouver un seul texte signé par moi où j'aurais proposé pareil crime contre l'esprit.

Elle a en fait beaucoup de peine à lire ce qui ne lui plait pas, en l'occurrence que j'entends interdire le port du voile islamique à l'école obligatoire. Comment ? Tout simplement par le biais d'un projet de loi en gestation au PLR, qui doit encore faire l'objet d'une discussion suivie, je l'espère, d'une approbation par la base lors d'Assises sur l'école qui se tiendront au début de 2014.

En fait Émilie Flamand-Lew a juste un problème de lecture: elle est dyslexique et inverse donc l'ordre des mots. Elle aurait dû écrire "interdire le foulard aux jeunes filles qui fréquentent l'école publique" si elle avait lu correctement ce que j'écris depuis le début de l'été. Faut-il lui rappeler que la dyslexie se soigne ? Mais au moins elle m'a donné l'idée de ce titre en forme de virelangue.

On pourrait en rester là, si cette présidente apparemment débordée par sa charge, un peu comme Mauro Poggia qui ne sait pas le contenu de la propagande de son propre parti, ne confondait pas islamophobie avec anti-islamisme. C'est vrai que c'est un peu compliqué à comprendre. Alors expliquons la différence. L'islamisme est à l'islam ce que l'Inquisition est au catholicisme, ou la persécution puritaniste des Sorcières de Salem au protestantisme. Bref, l'exagération déviante des fous de Dieu face aux messages de paix, d'amour, d'espérance et de salut des religions dont l'Islam, que je connais moins bien qu'elle, ou le christianisme héritier naturel du judaïsme sont les porteurs. Suis-je clair sur la différence et ses implications ? Où est alors le défaut d'humanisme dont elle m'accuse ? C'est comme si je lui disais qu'elle trahit les idéaux de son parti toutes les fois (nombreuses) où elle voyage en avion et en avertit ses amis facebook.

En revanche, je ne nie pas vouloir mener une lutte sur le plan des idées contre l'islamisme. Je l'ai fait depuis ma jeunesse politique contre le communisme. C'est d'ailleurs cela qui m'a amené en politique. Contre le nazi-fascisme évidemment, ce qui explique mon engagement à la LICRA, qu'elle souligne en louant cette organisation, ce dont je la remercie. Et maintenant contre l'islamisme. Mais je pourrais y ajouter demain le verdisme, une autre dérive inquiétante. La lutte contre l'hydre des "ismes" pourrait nous occuper pendant 7 fois 7 vies.

Et je serais même prêt à mener ce combat avec elle, s'il n'y avait une hypocrisie pour le moins mal venue qui pourrit la campagne des Verts pour les élections du 6 octobre. Comme pour éviter d'effrayer une partie de leur électorat. C'est le grisé qui nimbe leur affiche collective et empêche de bien distinguer le voile que porte leur candidate islamiste (http://www.verts-ge.ch/grand-conseil/item/1166.html#.UkbgEcsaySM). Comme si ce parti vert voulait voiler un voile vert (comme l'islam ?) et avait honte de sa candidate de la diversité !

Diversité oui, tant que vous la voulez, mais proximité idéologique avec l'Union des organisations musulmanes de Genève qui organisent demain une réunion de pur prosélytisme dans une école publique genevoise, non merci ! Une réunion ouverte par Hani Ramadan, le représentant de facto des Frères musulmans à Genève et clôturée par un exposé de son frère Tariq. A qui fera-t-on croire que l'on est proche des valeurs humanistes des Verts si l'on y participe ? Une tâche presque aussi difficile que de faire croire que la politiique des transports aurait été bien gérée pendant cet interlude de quatre ans !

Ce sont au contraire les opposants à cette réunion qui sont dans le vrai de l'humanisme quand ils mettent en garde les Genevois quant à la réalité et au danger de l'endoctrinement islamiste.

A propos, en cas d'élection, cette candidate participera-t-elle voilée aux sessions de notre Grand Conseil, montrant par là qu'elle considère ses collègues masculins comme des prédateurs, pour reprendre l'image forte du Rabbin Garaï à la RTS ? Je rappelle ici qu'un ancien Grand Rabbin de France enlevait sa kippa quand il allait voter, par respect pour les institutions républicaines. Chapeau !

16:39 | Lien permanent | Commentaires (25) | |  Facebook | | | |

27/09/2013

Ziegler: le menteur récompensé, la Suisse deshonorée

La Fontaine en aurait fait une fable. La Suisse en a fait une farce. Jean Ziegler (JZ) a été élu comme prévu "expert" à la commission des droits de l'homme (CDH) de l'ONU par un vote où est apparu un concurrent, un juriste espagnol. Bien que le poste ne soit que consultatif, il a revêtu une importance symbolique particulière, cette année, car pour la première fois depuis 1989, année où JZ devient partie-prenante de la Fondation Kadhafi des droits de l'homme il a pu être démontré qu'il était accordé à un menteur qui fait preuve d'un attachement maniaque aux prébendes du pouvoir, au mépris des règles de fonctionnement internes de l'ONU.

(Développements suivront)

03:08 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

24/09/2013

Le menteur Ziegler profère un autre mensonge. Le Courrier n'était pas dupe

Derniers Minute 9:57:

Selon nos informations, le quotidien Le Courrier a été approché par Jean Ziegler personnellement pour se voir proposer le prix Kadhafi des droits de l'homme pour un montant d'au moins 150000 francs au début des années quatre-vingt-dix. Ce journal avait alors refusé, ce qui est tout à son honneur.

Jean Ziegler s'était alors tourné vers le CETIM, une ONG tiers-mondiste où il jouait un rôle dirigeant, celle-là avait accepté l'argent du dictateur.

Quelques mois plus tard - est-ce pour féliciter Le Courrier de sa réaction ? - Edipresse avait fait un don au Courrier en faveur de l'indépendance de la Presse. Le Courrier l'avait évidemment accepté.

Cette info prouve 2 choses:

Primo, Jean Ziegler jouait déjà un rôle actif au nom de Kadhafi à Genève il y a 20 ans. Et ment quand il prétend le contraire. Au fond, cet homme n'est pas un bonimenteur sympathique, ce n'est qu'un comédien pathétique et vénal, vendu aux pays du sud. Ses mensonges lui permettent de traverser toutes les crises en le dotant d'une cuirasse à toute épreuve !

Secundo, Le Courrier était, et reste certainement, fait de gens honnêtes. Qui en doutait ? Avec leurs opinions qui n'étaient et ne sont toujours pas les miennes. Un journal pauvre qui, contrairement à Ziegler, n'est pas prêt à se vendre au plus offrant ! Pierre Dufresne, son ancien rédacteur-en-chef avait même été mon parrain de stage en journaliste, avec Daniel Cornu. C'est si j'ai pour ce journal des yeux particulièrement attentifs.


Ziegler a capitulé. Confronté à l'ultimatum de l'ONG UN Watch qui a prouvé que Ziegler avait bel et bien reçu le Prix Kadhafi des droits de l'homme, le vieux politicien reconnait désormais ce (mé)fait, mais prétend dans le même souffle avoir rendu le prix dans les 48 heures, sur le conseil d'un ami aujourd'hui décédé. Pas de chance. Soit le contraire de ce qu'il a prétendu avec constance, la main sur le cœur, le trémolo dans la voix et les yeux larmoyants, depuis 2002 !

Le Lance Armstrong des vacataires de la diplomatie suisse n'a plus qu'à prouver avoir réellement rendu le prix Kadhafi. Voilà un nouveau défi pour le jeunot des Nations Unies. Si son honnêteté importait à la Mission suisse, il devrait même être sommé de démontrer la réalité de la restitution du prix en produisant une pièce comptable, subsidiairement en démontrant que l'ex-gouvernement libyen en avait pris acte. Après tout, c'est bien ce qu'a fait le nouveau gouvernement libyen qui a remercié un écrivain espagnol d'avoir "rendu l'argent du dictateur au peuple libyen", pour recourir à la rhétorique zieglerienne. Mais pas de chance à nouveau, les archives de la Fondation ont probablement brûlé !

Le montant n'est pas des plus importants. Selon deux aveux freudiens de l'"expert" onusien (pauvre ONU !), il aurait touché 100 000 dollars de feu le dictateur. Là aussi, pas de chance de vivre entouré de tant de morts et de disparus -on se croirait à Palerme dans le Parrain. Du même coup, il pourrait expliquer ce qu'il est advenu du principal, comme on disait du temps de Molière, du capital de dotation (10 millions - env. 4 millions distribués en prix en 12 ans à coups de 250 000 dollars par an = env. 6 millions sans les intérêts). Comme ancien vice-président de la Fondation qui s'occupait de ce prix, il doit le savoir !

A moins que le néo-député socialiste Melik Özden, collaborateur du Cetim - un antre tiers-mondiste lui aussi récipiendaire du Prix Kadhafi (voir ci-dessus) - puisse nous en dire davantage, le temps de son passage espérons-le éclair au Grand Conseil...

Pour l'heure, nous craignons que le mensonge perpétuellement réinventé ne soit la seule stratégie que Ziegler entende mettre en œuvre. Au moins jusqu'à son élection, ce jeudi 26 septembre. Ce sera là un jour de grande tristesse pour la Suisse, car un citoyen au-dessous de tout soupçon aura été choisi pour déshonorer la réputation d'honnêteté et d'expertise de notre pays, au profit du mensonge et de l'esbroufe.

03:06 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | | |

23/09/2013

SIG: Alberto Velasco n'est pas au courant

Interrogé par Antoine Grosjean dans la Tribune de ce jour sur les problèmes de SIG, lequel note que pas grand monde n'accorde de crédit à sa théorie du complot PLR au sujet de l'éviction de l'ex-direction, Alberto Velasco se trompe doublement.

Primo, peu importe que maintenant le conseiller d'Etat de tutelle, le President du CA et le député curieux des dépenses pour les éoliennes et de la faisabilité des projets retenus soient tous PLR, l'essentiel en ce qui me concerne est que ma rencontre d'il y a au moins 2 ans avec M Hurter ait eu lieu devant témoin. J'y avais fait notamment part de mes réserves quant au choix de la mandataire qui ne remplit pas selon moi les compétences nécessaires pour ce type de travail. Être lobbyiste ne fait pas de vous un expert, et je sais de quoi je parle. Or à cette époque le président du CA était le devenu riche M. Mouchet, la meilleure cible jamais atteinte par Eric Stauffer.

Secundo, Philippe Roch, qui n'est pas PLR et que j'estime néanmoins beaucoup, m'a dit très récemment avoir fait part à M. Hurter des mêmes réserves que les miennes sur l'idoneité du choix de Madame Chevalley comme mandataire et de la stratégie déployée. Il serait bon que Philippe Morel le contacte, pour avoir un avis éclairé, à transplanter utilement.

Au fond, nous avons été l'un et l'autre très aimablement reçus, écoutés attentivement, mais pas vraiment entendus. C'est la vie !

01:27 Publié dans Femmes | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

21/09/2013

Alors, Isabelle Chevalley, les éoliennes, combien d'heures de travail ?

La modestie d'Isabelle Chevalley est connue de tous. Il suffit de songer à ses honoraires: 85 F de l'heure pour les mandats que lui avaient attribués SIG, selon ses déclarations à La Tribune du 12 septembre 2013 où elle refute mes critiques à son égard (http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Isabelle-Chevalley-defend-le-directeur-demissionnaire-des-SIG/story/11616563). Soit un tarif nettement inférieur à ce que demanderait un consultant ne travaillant pas dans une perspective associative, de défense d'une cause où l'idée de profit personnel n'a pas droit de cité.

Son énergie aussi est visible de tous les citoyens intéressés à la vie politique. Au Conseil national, où elle siège désormais,mais aussi dans les médias où elle se démène comme une lionne pour défendre la cause des énergies électriques renouvelables, dont l'éolien en sa qualité de présidente de Suisse Eole.

Au nom de la transparences, et pour l'édification du public, pour ne pas invoquer son droit à l'information - une manie rhétorique et pour le moins intrusive, à la limite d'une exigence d'exhibitionnisme faisant fi de la protection de la sphère privée, de la gauche dont ni elle ni moi ne faisons partie -, il serait intéressant de savoir combien d'heures par année, en moyenne, Isabelle Chevalley a consacré à SIG. Juste pour le fun !

Après tout, n'était-ce pas Staline qui demandait "le Vatican, combien de divisions ?", pour mettre en doute la force de l"Église catholique, romaine et apostolique ? Ici, il s'agit plus banalement de prier Isabelle Chevalley de nous renseigner sur l'ampleur de son engagement. En espérant qu'elle lise cette note qui ne paraît pas sur 24 heures,mais qui est certainement référencée par Google puisque son nom est mentionné en titre.

00:41 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |

18/09/2013

Thierry Apothéloz, favorable au port du voile islamique, invite ses supporters qui mangent halal

Dernière minute:

Je suis en mesure d'opposer un démenti formel aux internautes qui font l'hypothèse tenant du pur fantasme que la sœur de Thierry Apothéloz est liée à la famille Ramadan. J'espère très sincèrement que les personnes répandant ce mensonge se convertiront à la vertu de la vérité !  

 

Un indice quasi cascher pour confirmer mon hypothèse hardie que Thierry Apothéloz remplacerait Sandrine Salerno à la "1ère rencontre annuelle des musulmans de Genève" organisée et encadrée à Genève par la succursale locale des Frères musulmans intégristes, soit la fratrie Ramadan, sur le thème angélique "union et ouverture".

Ajoutons-y un second indice encore plus probant du multiculturalisme mou du candidat au Conseil d'Etat très rose de Vernier : sa position laxiste sur le port du voile islamique à l'école publique obligatoire (http://issuu.com/psgenevois/docs/newpscr_009-13_psg).

Selon une fuite intéressée dont le concurrent que je deviens de l'agence Decaprod (qui ne me cite pas plus que la TG, selon mon ami Pascal, ne la cite), Thierry Apothéloz a organisé un pic-nic aux Evaux le dimanche 8 septembre 2013, dans le cadre de sa campagne pour le conseil d'Etat. Le pic-nic était organisé à l'intention de ses supporters. Jusque là, rien que de banal.

Mais grâce à Thierry Apotheloz, on évite vite la banalité: le pic-nic était aussi halal ! Cette sollicitude pour la diversité culturelle genevoise est touchante. Il est vrai qu'il y a nombre de femmes voilées à Vernier et, plus largement, à Geneve. Certaines font peut-être partie de son comité de soutien. En ce sens, son action est logique. Voire de bonne guerre électorale. Surtout depuis que sa concurrente Sandrine a trouvé son chemin de Damas (voir ma note précédente). Mais jamais, à ma connaissance, n'ont été organisés à Genève des pic-nids politiques halal. Spaghetti PDC, choucroute radicale, pour les libéraux évidemment caviar, choucroute au caviar désormais pour le PLR, travers de porc MCG sont d'habitude offerts aux militants - vendus chez les libéraux à leurs amis radicaux...

Peut-être que grâce à ce choix culturel, Lucia Dahlab, la non-élue au conseil municipal et néanmoins candidate voilée des Verts au Grand Conseil (pas pour le plus plaisir de tous les Verts, à témoin son score à Vernier en 2011 où elle a fini avant-dernière de son parti, preuve que les sermons en faveur de la diversité, c'est bon pour la façade, mais pas dans l'urne), était aussi présente...(http://www.ge.ch/elections/20110313/commune/43/nominatif/)

Petite précision: les boucheries halal de Genève servent aussi des clients juifs souhaitant manger cascher, car il est compliqué pour les juifs de trouver de la viande cascher en Suisse, en raison de l'interdiction de l'abattage rituel. En ce sens, le pic-nic halal de Thierry Apothéloz était quasiment cascher. Tout en privilégiant clairement l'électorat musulman, y compris sa composante islamiste. En réalité, la viande halal n'est pas casher aux yeux de la kasherout, mais la viande kasher est considérée comme halal par les musulmans.

Une chose est claire sur le plan politique. Thierry Apothéloz votera contre mon projet de loi, quand il sera déposé (voire soumis au peuple si un référendum s'y oppose, au cas où elle serait adoptée par le Grand Conseil), pour interdire les signes religieux ostentatoires à l'école obligatoire. Dont le voile.

Aux citoyens de faire le bon choix, en ne donnant pas leur voix à un candidat qui n'est pas dérangé par l'inégalité culturelle entre les hommes et les femmes. Et par le mépris signifié aux femmes. Peut-être que ses concurrente sont plus nuancés sur ce point. Non seulement désormais Sandrine Salerno, mais peut-etre, pourquoi pas, Roger Deneys. Tout pécheur méritant miséricorde, je serais intéressé à ce qu'il se dévoile sur ce point.

14:15 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (56) | |  Facebook | | | |

Le chemin de Damas de Salerno. Mais pas encore d'Apothéloz.

Une fois de plus, le duo de choc des Frères musulmans genevois, Hani the bad et Tariq the good, ne résistent pas au plaisir de l'intoxication commune. En effet, invitant à une manifestation de prosélytisme qui se tiendra le 29 septembre 2013 dans une école publique genevoise, avec prières au programme, ils prétendent dans leur programme envoyé aux partis le 27 août (voir ci-dessous) bénéficier de la présence de Sandrine Salerno en sa qualité de maire de Geneve. C'est non seulement faux, mais c'est un mensonge, peut-être excusé par le Coran.

Quelques détails croustillants. Lorsque l'invitation part portant son nom et le titre de son exposé, Sandrine Salerno (SaS) n'a même pas été consultée par les propagandistes locaux de la charî'a. Lorsque trois semaines plus tard, elle fait part de son refus de s'y rendre, sa place est alors signalée comme vacante (voir ci-dessous). Et les frères Ramadan de lui chercher un ou une remplaçante.

Maïs à défaut de vouloir tromper sciemment les Genevois -et énerver ceux qui voient d'un mauvais œil nos autorités s'acquoquiner avec ces compagnons de route du terrorisme islamiste -, on peut faire l'hypothèse que les frérots se sont trompés à l'insu de leur plein gré. En effet, dans le passé, SaS avait assumé des positions qui ne pouvaient que leur plaire. Du coup, ils ont probablement déduit (de bonne foi) qu'hier ne pouvait que prédire demain.

C'est ainsi que lors d'une soiree à laquelle SaS a assisté, peu avant le vote sur les minarets, la magistrate s'était exclamée: "Je me réjouis de changer d'identité!". Une déclaration prémonitoire que personne n'avait interprété à sa juste valeur. Et qui donne tout son sel au chemin de Damas sur lequel elle chemine aujourd'hui, non sans courage.

Ajoutons que selon nos informations (en avance sur celles de Decaprod), l'ouvrier de la onzième heure qui devrait remplacer SaS serait le jeune Thierry Apothéloz, conseiller administratif de Vernier. Et subsidiairement, candidat au Grand Conseil. Qui recevra le même salaire (en déconsidération) des Genevois pour s'être associé au quarteron d'intégristes islamistes de la rue de la Grenade. On s'en voudrait de le mette en garde contre ce qu'il peut perdre en voix en allant se transformer en caution des Ramadan.


BONUS

0. Titre inventé de l'exposé de SaS

14h35​ Intervention de Mme Sandrine Salerno, Maire de Genève, sur le thème : « quelle politique à Genève en matière de diversité ? ».


1. Bonus de la soirée minarets.

1.1 Lors de la même réunion, Lucia Dhalab, l'enseignante voilée fait un discours mielleux au cours duquel néanmoins elle introduit trois revendications :
- Port du foulard pour les enseignantes (elle est à l’origine de la décision de la Cour européenne de Strasbourg, grâce à l'ancienne conseillère d'Etat MBG)
- Congé pour les élèves musulmans lors des fêtes musulmanes
- Dispense de gym en fin de journée pour les élèves qui font le ramadan

1.2 A cette soirée déjà destinée à montrer la diversité des musulmans était aussi invité l’ambassadeur de l’OCI à Genève Babacar Ba. Rappelons que l'OCI est cette fameuse irganisation qui n'a eu de cesse de faire introduire dans nos législations le délit de "diffamation des religions" (après avoir tenté sans succès de faire introduire le dlit de blasphème).

2 Mail de la couverture des Frères musulmans aux partis genevois

De : sabine tiga [mailto:sabine.ti@hotmail.com]
Envoyé : mardi 27 août 2013 14:03
À : psg@ps-ge.ch; verts genève; info@plr-ge.ch; info@pdc-ge.ch; info@mcge.ch; secretariat@udc-ge.ch
Objet : invitation rencontre UOMG le 29.09.2013
Madame, Monsieur,

L'UOMG (Union des Organisations Musulmanes de Genève) m'a chargé d'organiser leur 1ère rencontre annuelle le dimanche 29 septembre à l'ECG Henri Dunant.

Le comité souhaiterait inviter une ou un représentant de votre parti afin de faire connaissance et partager un moment convivial sur le thème de cette journée : "UNION et OUVERTURE".

L'UOMG est un collectif d'organisations musulmanes genevoises qui travaillent pour promouvoir le mieux vivre ensemble à travers diverses actions dont le fait d'entretenir des relations bénéfiques avec divers partenaires sociaux, culturels, politiques.



Vous trouverez ci-joint l'affiche de l'évènement ainsi que le programme détaillé. Madame Salerno prendra la parole en tant que Maire de Genève.

J'espère que vous nous ferez l'honneur d'être parmi nous lors de cette rencontre.

Je reste à votre disposition pour plus de renseignements.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, mes salutations amicales.

Sabine Tiguemounine, pour le comité organisateur de l'UOMG
www.uomg.ch

3. Affiche actuelle de l'événement islamique et programme détaillé

http://www.uomg.ch/index.php/informations/139-programme-de-la-premiere-rencontre-annuelle-des-musulmans-de-geneve

01:08 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

13/09/2013

Pénurie d’enseignants : les vraies raisons

Comme à chaque rentrée, les associations professionnelles d’enseignants font état de leur analyse des causes de la pénurie, à venir, et du malaise actuel, lui, des enseignants. Les conditions salariales sont trop rapidement mises en cause. Pour qui connait la situation sur le plan européen et la réelle rémunération des enseignants en Suisse, cette explication fait même sourire. En fait, le problème est ailleurs, essentiellement dans le manque de considération pour cette profession, probablement la plus belle de toutes. N’a-t-elle pas pour vocation d’élever les élèves, nos enfants, au mieux de leur potentiel, jusqu’à rendre leur réflexion autonome et leur savoir factuel et critique ?

Selon une étude récente portant sur 31 pays de l’UE et de l’EEE, la disparité des salaires est la première conclusion qui frappe, y compris entre des pays économiquement proches. Toutefois, de la Bulgarie, avec un salaire annuel brut médian de 4271 € au Luxembourg, 1er de classe, avec un salaire allant jusqu’à 112 736 € pour le primaire et 125 671 € pour le secondaire, la profession est la même, les problèmes aussi. Le déséquilibre entre l’offre et la demande est d’ailleurs la situation la plus fréquente, dès lors que nos sociétés ont opté pour le libre choix des études !

Une grande enquête Eurydice, toujours valable, portant sur « la profession enseignante au 21ème siècle », diagnostique de son côté la perception de la profession par les enseignants et la société. Et propose trois pistes de réflexion qui ont de quoi donner de l’espoir.

Les enseignants s’y disent en général assez satisfaits de leur métier (98% en Suède dans le seocndaire, indépassable, et quand même 66% en France). L’autonomie et la qualité des relations avec les élèves et les collègues sont des plus motivants. Mais les conditions de travail peuvent être complexes et la charge de travail lourde, contrairement aux apparences et aux discours simplistes sur la longueur de leurs vacances. Une partie significative d’entre eux, de 12% à 50% selon les pays, est toutefois prête à renoncer à leur métier. En cause, le regard un brin méprisant porté par la société, en clair par des parents qui préfèrent pour leurs enfants la facilité à l’ascèse et à l’effort que supposent les études.

Pour pallier ce manque potentiel et former davantage d’enseignants, certains pays développent des voies alternatives de formation (apprentissage à distance, validation des acquis obtenus dans d’autres secteurs d’activités, formation en emploi). Cela suppose un mélange savant entre une certification basée sur la maîtrise des matières et une certification axée sur la maîtrise des compétences.

Enfin, la motivation peut s’effilocher, au fil des rentrées. Pour en maximiser le niveau et la durée, des systèmes de retraite anticipée ont été mis sur pied. A ce qui peut passer pour une démission face à l’obstacle, on préférera les aménagements de fin de carrière, avec notamment le tutorat offert à de jeunes collègues. Bref, développer la transmission du savoir (-faire), à ne pas laisser dans les mains des seuls pédagogues !

(Version sans notes de l'éditorial paru ce 13 septembre 2013 dans Entreprise romande)

17:32 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |

12/09/2013

SIG: le mégalomane et le gourou

La force du coup de blizzard qui a frappé SIG ce 12 septembre 2013 aurait été prévue par n'importe quel météorologue qui se serait intéressé de près à la politique énergétique de l'acteur monopolistique genevois des énergies. Pour la date, c'était plus difficile, mais néanmoins inéluctable.

En effet, la "démission" d'André Hurter de son poste de directeur général de SIG, n'est une surprise que pour ceux qui ne suivent pas de près la politique énergétique de SIG. Ce monopoliste se voyait déjà méga-producteur d'énergies renouvelables non conventionnelles (http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Quand-Andre-Hurt...). Or le "Je m'voyais déjà", c'est du Aznavour, pas du Bach que jouait André Hurter...

On peine à comprendre la ou les raisons qui ont poussé cet homme cultivé, pianiste de qualité, à s'être englué dans des décisions irrationnelles tendant vers la mégalomanie. Sauf si l'on pose la bonne question: "cherchez la femme" ou plutôt "cherchez le gourou".

Pour ma part, j'avais conseillé il y a plusieur années à André Hurter, lors d'entretiens liés à ma fonction de député soucieux des finances de l'Etat, de mettre fin aux liens de SIG avec Isabelle Chevalley, la lobbyiste de l'éolien en Suisse romande qui vend ses services en faisant croire à sa compétence. Apparemment, à avoir continué d'habiter dans le canton de Vaud depuis sa nomination à la tête de SIG, André Hurter peinait à comprendre le dialecte genevois... Sinon, il ne lui aurait pas renouvelé des mandats trop chèrement payés, au vu des résultats. En l'occurrence. "perseverare" a bel et bien été "diabolicum"...

Surtout que ce "diabolicum" aurait pu coûter un milliard de francs à SIG, donc à ses clients, comme je l'estime dans une question écrite posée au Conseil d'Etat (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/Q03726.pdf). A noter, pour le citoyen intéressé, que réponse lui sera apportée le 3 octobre, et sera disponible sur ce blog.  

Voilà aujourd'hui un beau gâchis humain, une perte de réputation pour cette entreprise qui a flirté avec l'amateurisme, mais aussi la possibilité de tourner la page. On ne peut que lui souhaiter un nouveau départ avec un directeur général ayant les pieds sur terre, et pas dans les hélices. Et surtout plus de gourou. 

Le hasard fait que j'écris ces lignes en ayant face à moi un gadget publicitaire de SIG, une hélice alimentée par le solaire. Et elle est à l'arrêt, donc sans danger pour moi. Mais peut-être y en a-t-il encore à SIG qui tournent très vite au-dessus de la tête de directeurs qui n'ont pas encore donné volontairement leurs démissions... 

18:15 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | | |

11/09/2013

Hafid Ouardiri: manipulateur un jour, manipulateur toujours !

Hafid Ouardiri est un homme touchant. Dans sa volonté de passer pour un ami de la paix et de l'entente entre les cultures, il est prêt à raconter des mensonges qui font de Pinocchio un parangon de sincérité. Ainsi de son indépendance à l'égard des partis en lutte pour le pouvoir en Égypte.

Pour preuve, son discours de façade dans la Tribune de Genève du 4.9.2013 sous le titre "Égypte: comment sortir du chaos ?". Il y donne force conseils de respect de la démocratie inspirés par le parcours ubuesque du président déchu Morsi. Qu'il conclut par cette phrase: "Je dis tout cela en vous assurant que je ne suis partisan d'aucun des partis en lute pour le pouvoir en Égypte, ce n'est qu'une question de vérité et de justice".

Pour le lecteur crédule, cela passera pour des paroles... du Coran.

Pour l'internaute curieux et non amnésique, pour un exemple flagrant de manipulation. Il n'y a pas besoin d'être Champollion pour déchiffrer la manipulation qui se cache derrière la façade. Il suffit d'aller sur le site de l'un des blogueurs parmi les plus actifs de la toile locale pour saisir l'ampleur de la manipulation à l'œuvre (http://demirsonmez.blog.tdg.ch/archive/2013/07/09/manifestation-pro-mursi-a-geneve-244263.html).

On y découvre Hafid Ouardiri non seulement déambulant (il aurait pu être un simple curieux), mais surtout haranguant, micro en main, les quelques dizaines de Frères musulmans convoqués sur la Place des Nations le 9 juillet 2013, à peine deux mois plus tôt, par son alter ego de la rue de la Grenade (ça ne s'invente pas), siège du Centre islamique des Eaux-Vives, l'ineffable Hani Ramadan. La teneur des affiches ne laisse aucun doute quant au sens des propos. Le poids des mots, le choc des photos, selon la formule de Paris-Match, qui donne plus que l'impression que Hafid Ouardiri est un "compagnon de route" des Frères musulmans. comme Sartre du PCF. Ce n'est pas honteux, c'est son droit, ici, en Suisse, garanti par nos lois. Mais qu'il assume, crénom de sort !

Hafid Luardiri est un coutumier du genre. On se souvient encore de la manipulation - les termes ne sont pas de moi - dont avait presque été la victime la journaliste Catherine Focas en 1989. Son article de l'Illustré en apporte une démonstration éclatante. (http://pierreweiss.blog.tdg.ch/archive/2013/07/16/hafid-ouardiri-le-voileur-devoile-244463.html).

Alors Hafid Ouardiri, un homme enquête de "vérité et de justice" ? Demandez à Orwell, l'inventeur de la novlangue, s'il ne l'aurait pas nommé à la tête du Miniver et du Minijust associés, en fait le ministère non de la vérité et de la justice, mais de leur contraire, le ministère de la propagande et de l'arbitraire.

Car cet homme est bel et bien un des porte-paroles locaux des Frères musulmans, haïs par la majorité des Égyptiens. Mais s'infiltrant partout où le le titre de sa Fondation (financée par qui ?) fait encore illusion sur des Genevois en mal de crédulité (http://www.fec-geneve.ch/).

C'est l'heure de lui rappeler la phrase de Ciceron qui forme l'incipit de sa première catilinaire : quousque tandem Catilina abutere patientia nostra ? Pour les non latinistes (http://www.estelledebouy.net/wp-content/uploads/2011/07/ciceron.pdf): jusqu'à quand, Hafid, abuseras-tu de notre patience ?

Aie au moins le courage de tes opinions, celui dont fait preuve ton Frère Hani Ramadan, un autre docteur en désinformation et mensonges (http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2013/09/10/egypte-contre-la-conspiration-de-la-desinformation-246820.html). Voilà un ibel exemple d'nternaute qui ne publie que les opinions qui lui sont favorables, surtout si elles sont rédigées en arabe, mais sans traduction (http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2013/09/05/un-homme-integre-et-devoue-246557.html) !

05:54 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | | |

07/09/2013

Chypre: la Turquie désinforme et détruit l'héritage culturel chrétien

A 100 kilomètres des côtes syriennes, la petite République de Chypre ne souffre pas que de l'impéritie de son précédent gouvernement de gauche, ami de la Russie, de ses mafias et des pays arabes. Sa crise financière, dont l'UE, la BCE et le FMI essaient de la sortir au prix d'un sérieux appauvrissement de ses citoyens et d'une profonde restructuration d'un secteur bancaire surdimensionné et imprudent, pour dire le moins, n'est que le dernier avatar d'une histoire récente tragique.

Le ciel bleu dont elle bénéficie 300 jours par an pourrait toutefois la sauver sur le plan economique, non seulement grâce aux deux millions de touristes qui viennent la découvrir chaque année (dont une moitié de Britanniques, mais moins de 30 000 Français !), mais aussi et surtout grâce aux importantes réserves de gaz naturel trouvées au large de ses plages. Leur exploitation est imminente, comme au Liban et en Israël, deux autres de ses voisins.

En effet, ce ne serait pas la première fois que la jeune République, indépendante du Royaume-Uni depuis 1960 seulement, se sortirait d'une situation catastrophique. La dernière était en 1974, à la suite de l'invasion turque qui a mené à la division du pays, à la perte de 70% de son PIB de l'époque confisqué par l'occupant, à un nettoyage ethnique affectant 180 000 de ses habitants, soit le tiers de ses citoyens forcés de fuir leurs villes et villages et devenus réfugiés dans leur propre pays. Et à une destruction de son héritage chrétien, objet d'une désinformation grossière par la République fantoche turque du nord de Chypre (RTNC), qui s'est unilatéralement déclarée indépendante en 1983. À noter que cette sécession n'a été reconnue par aucun État membre de l'ONU, à l'exception, bien entendu, de la Turquie dont la monnaie y a cours légal.

Occupée par 43 000 soldats turcs, repeuplée par plus de 160 000 paysans anatoliens pour compenser l'émigration de la moitié des Chypriotes turcs depuis 1974, la RTNC représente un obstacle majeur pour l'adhésion de la Turquie à l'UE. Comment en effet y accepter un État qui occupe 37% du territoire d'un État membre de l'UE ? Cela équivaudrait à reconnaître que le crime paie.

Le problème n'est pas seulement politique. Il est aussi culturel. Le régime illégal procède à une "turquification" systématique des noms des localités, à une destruction des cimetières où plus une croix chrétienne n'a le droit de rester debout, bref à une négation du passé millénaire de l'île d'Aphrodite. L'héritage grec en est banni.

C'est ainsi que même si la RTCN le cache (par exemple dans un superbe prospectus touristique "North Cyprus" (www.simplynorthcyprus.com), les autorités de cette province turque, de facto, citent, parmi les "exemples de l'héritage culturel qui vous attend: la cathédrale de Sainte-Sophie (...),la cathédrale de Saint-Nicolas" (p. 18). Or ces deux cathédrales sont des mosquées, depuis longtemps d'ailleurs. La honte du détournement religieux est-elle si gênante ?

Se rengorgeant de la centaines d'œuvre d'art qui peuvent y être visitées (et qui en valent la peine, foi d'amateur de vieilles pierres, à commencer par le château franc de Saint-Hilarion et le monastère gothique de Bellapais, à côté de Kyrenia, à suivre par les ruines de Salamine, à terminer par la tour d'Othello qui fait partie de l'enceinte vénitienne de Famagouste), le régime cache la destruction de nombreux sites archéologiques, -sauf ceux de première importance, pour des raisons de marketing touristique -, le vandalisme étatique au détriment des monuments, la vente de biens culturels à l'étranger.

Il cache en particulier le fait que plus de 500 églises (telle la Panagia Avgasida à Milia, 15 ans apres l'invasion! ou encore, plus récemment, l'Eglise de Sainte-Catherine, à Gerani) ont été détruites, vandalisées ou converties au mieux en centres culturels ou en mosquées, au pire en étables. Près de 20 000 objets religieux (icônes, par exemple un portrait de la Vierge à Livadia, près de Famagouste, vaisselles sacrées, manuscrits, etc., ont été volés, des mosaïques ont aussinété détruites ou vendues à l'étranger.

En somme, une partie non négligeable de l'héritage culturel de l'Europe chrétienne fait l'objet du nihilisme culturel turc. Ce qui pose au moins trois questions:

- qui s'en soucie en Suisse, à part les Arméniens, eux aussi victimes, y compris à Genève, du nationalisme turc et du négationnisme de leurs autorités ?

- en quoi le comportement des occupants turcs à l'égard des chrétiens est-il différent de celui que l'on observe dans d'autres pays musulmans soumis à des forces islamistes ? Il suffit de penser aux destructions d'églises coptes par dizaines en Égypte, aux assassinats de moines catholiques en Algérie, aux violences contre les melkites en Irak et maintenant en Syrie. Pour ne pas évoquer ici le lointain Pakistan, l'Indonésie ou les Philippines.

- quand les intellectuels et les politiciens des pays occidentaux et chrétiens, qui ne renient pas leur héritage, auront-ils le courage de reconnaître qu'une guerre des civilisations est en cours, et que la nôtre est mal partie pour la gagner?

Le premier pas serait aujourd'hui de lutter par des pétitions envoyées aux autorités turques pour que soit mis fin à l'occupation turque de cette merveilleuse île méditerranéenne. Le deuxième de faire preuve de vigilance face à la destruction de notre héritage culturel ici par les nationalistes turcs, là par les islamistes. Le troisième d'être attentifs dans nos pays aux tentatives des islamistes d'y imposer leurs valeurs, tel le port du voile. Car ceci n'est pas une autre histoire, pour paraphraser Kipling...

19:07 Publié dans Développement durable | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | | |

Michèle Künzler, les trams et les vases communicants: Carouge gagne, Bernex et Onex perdent

Les miracles n'existent pas, surtout pour une théologienne protestante telle que Michèle Künzler. Et je m'etonne que personne n'ait encore reagi, dans les communes qui vont "payer" pour la concession justifiée faite à Carouge. Car elle montre que le principe des vases communicants l'emporte encore sur les promesses politiciennes.

En effet, en satisfaisant les 20000 Carougeois par le prolongement annoncé (à la veille du Jeûne genevois !) de la ligne 18, la cheffe de la mobilité genevoise et les TPG privilégient ceux qui ont fait le plus de bruit pour la suppression d'un réel avantage - une desserte directe de Cornavin.

Mais du même coup ils privent d'une (simple) amélioration promise de fréquence ceux qui s'entassent dans la ligne 14 qui part de Bernex (10000 habitants, sans compter ceux de la Champagne, dont Bernex est devenu le point de transbordement) et traverse Onex (20000 habitants) et le Petit-Lancy (quelques milliers d'habitants).

Bref, les victimes sont en gros deux fois plus nombreuses que les bénéficiaires. Et les promesses d'amélioration de fréquence remises à la semaine des 4 jeudis (du Jeûne). Peut-être faudra-t-il attendre que le CEVA entre en fonction pour que les véhicules de la ligne 18 qui, venant du CERN, rebroussaient chemin au Quai de la Poste, soit enfin redirigés sur Bernex, Carouge ayant alors ses trains.

Gageons que le successeur de Michèle Künzler trouvera de bons arguments pour inaugurer cette ligne en 2017, à la suite de la mise en service du CEVA.

09:04 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | | |

06/09/2013

Guy Mettan, le voile et la girouette

"Un député PDC milite pour un code de bonne conduite des religions", titre la Tribune du 4 septembre 2013. L'intention de Guy Mettan est louable. Mais le moyen proposé par sa motion la rend impraticable. Et il le sait. Dialoguer avec M. Ouardiri comme représentant de l'islam sur la question de l'interdiction de tous les signes religieux ostentatoires à l'école publique obligatoire, et donc du voile islamique ou, pire encore, avec son Frère musulman Hani Ramadan, promet un résultat où la solution s'appelle soumission, dhimmitude, à leur vision voilée du monde.

Mieux vaut choisir la voie politique, où une loi est votée par le Grand Conseil. Et est soumise à référendum. Que les frères et les sœurs, dont Lucia Dahlab, la candidate verte voilée au Grand Conseil, que l'électorat vert relèguera aux dernières places - j'en prends le pari - le lancent, et on verra bien le peuple se positionner. Pour rappel, un sondage de la Tribune donnait 82% des 4000 participants opposés au port du voile islamique à l'école obligatoire genevoise !

Rappelons ici que Lucia Dahlab est cette ex-institutrice que Martine Brunschwig Graf avait dû combattre jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme (et de la femme) de Strasbourg pour l'empêcher de faire du prosélytisme en classe, en s'affichant avec son voile, signe flagrant d'inégalité entre les sexes dans une République qui entend éduquer les élèves à l'égalité et au respect de la femme.

L'article mentionné écrit que je veux empêcher, par le biais d'une loi, le port du voile. Sans préciser "à l'école publique obligatoire". Sans rappeler que ma proposition n'est qu'une réaction, et pas la plus radicale..., à un arrêt du Tribunal fédéral enjoignant aux cantons de légiférer s'ils entendent interdire par règlement le voile islamique dans leurs écoles. Et sans savoir, puisque ce n'est pas encore public, mais le devient pas cette note, que ce projet de loi va être, selon une position unanime de la députation PLR, un sujet important des prochaines Assises du PLR consacrées à l'école genevoise. Des Assises qui auront lieu, pour des raisons de calme évidentes, après les élections de cet automne.

Je n'ai en effet jamais proposé de texte visant à interdire le voile islamique, comme l'écrit la Tribune, ce qui serait discriminatoire, mais, en me référant à la législation française dès la première note de mon blog consacrée à cette question, le 13 juillet, tous les signes religieux ostentatoires. J'ai insisté sur ce point dans une autre note, du 18 juillet, destinée à un ami PDC en écrivant qu'"il se trompe sur mon intention qui n'est pas d'interdire le seul voile, mais (...) le port de signes religieux ostentatoires, quelle que soit la religion concernée". Une excuse pour ce raccourci vient de ce que les titres des articles de laTribune de cet été consacrés à cette question avaient préféré aller à l'essentiel.

Je profite de l'occasion pour rappeler que Guy Mettan, mettant en musique la phrase devenue célèbre "ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent", due à Edgar Faure, ministre de l'éducation nationale en mai 68, avait écrit une audacieuse chronique dans la Tribune du 12 juin 2002 sous le titre "Retour du pamphlet et mort du politiquement correct".

Il y résumait avec talent un ouvrage Oriana Fallaci "la rage et l'orgueil", un pamphlet féministe et (donc) anti-islamiste dirigé "contre les mollahs qui appellent à la haine de l'Occident, contre les hordes musulmanes qui envahissent l'Europe sans aucun respect pour sa culture. Et surtout contre les "cigales", ces beaux penseurs occidentaux qui discourent sur les droits de l'homme et de la femme, mais ne lèvent pas le petit doigt lorsqu'on lapide au "Journal de 20 heures" trois femmes de Kaboul qui avaient commis le crime de s'être rendues chez le coiffeur".

Et Guy Mettan de conclure avec une clairvoyance courageuse que "malgré ses outrances, cette diatribe a beaucoup de mérites. (...). Et surtout Oriana Fallaci met le doigt sur ce qui fait mal, à savoir que la guerre des civilisations a bel et bien commencé, Un phénomène que les intellectuels européens se sont évertués à nier. Cette immense régression est à l'œuvre. (...) Le reste n'est qu'effet de manche, posture médiatique et bruit de bouche sans intérêt".

Comme sa motion ? Probablement. À part qu'elle a le mérite d'ouvrir le débat au Grand Conseil.

10:42 | Lien permanent | Commentaires (12) | |  Facebook | | | |