04/11/2013

Interpellé par la LICRA, le Conseil d'Etat condamne les propos anti-frontaliers du MCG

                                                                                                                           Au Président du Conseil d’Etat

                                                                                                                           Rue de l’Hôtel-de-Ville, 2

                                                                                                                           1211 Genève 3

 

                                                                                  Genève le 07 octobre 2013

 

Monsieur le Président,


Lors de sa dernière séance (mercredi 2 octobre), le comité de la LICRA a décidé, à l'unanimité, de réagir aux propos inacceptables concernant les frontaliers,  imprimés et diffusés par un tous-ménages du MCG, lors de la campagne de 2013 pour les élections au Grand Conseil et au Conseil d'Etat. On peut ainsi lire en page 2 de cette brochure un article dont le titre est : " L'épidémie de frontaliers n'est de loin pas éradiquée !".

 

Notre comité estime que les écrits publiés dans ce tous-ménages du MCG incitent au rejet et à l'exclusion  de milliers de travailleurs et employés qui viennent chaque jour dans notre canton et que les termes utilisés relèvent d'un champ lexical criminogène. 

 

La LICRA reste attachée à la liberté d'expression d'un Etat de droit et d'une démocratie comme la nôtre, dont nous sommes fiers. Elle affirme toutefois avec force que de tels écrits, publiés dans le cadre de la campagne électorale, induisent gravement à la discrimination, à la haine, à la violence et qu'ils nécessitent une réaction en haut lieu.


La question que nous nous permettons de vous poser est la suivante: le Conseil d'Etat envisage-t-il de réagir publiquement, en tant qu'Autorité suprême de ce Canton garantissant nos libertés et le respect qu'on doit à chacun et à chacune, à des écrits qui menacent gravement notre cohésion sociale?

Le Comité de la LICRA vous remercie d'avance de votre prompte réponse. A la lecture de celle-là, il définira l'action et les dispositions qu'il pourrait prendre afin que de tels dérapages cessent ou soient condamnés. En cela, la LICRA continuera à appliquer  les principes et convictions qu'elle porte depuis de nombreuses années en tant qu'association.

En vous remerciant d'avance d'avoir porté attention à notre requête, nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en notre respectueuse considération.

Pierre Weiss        Manuel Tornare        Michaël Bitton

 

Président             Vice-président          Vice-président




RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

                                                                                                                                  Genève, le 30 octobre 2013

Le Conseil d'Etat

8224-2013

                                                                                                                               Ligue internationale contre le racisme                                                                                                                                    et l'antisémitisme - LlCRA

                                                                                                                               Monsieur Pierre WEISS

                                                                                                                               Président

                                                                                                                               1204 Genève


Concerne: votre correspondance du 7 octobre 2013


Monsieur le Président,

Notre Conseil se réfère à votre courrier du 7 octobre dernier dans lequel vous sollicitez la position de notre Conseil relativement au « tous-ménages» du Mouvement Citoyen Genevois lors de la campagne des élection-s-d-es autorités genevoises de 2013. 

Notre Conseil entend tout d'abord réaffirmer sa résolue opposition à toute démarche discriminatoire contraire à l'esprit de notre Constitution et aux valeurs de la République. Dès lors, il condamne les propos tenus par le parti susmentionné à l'encontre des travailleurs frontaliers.

Cette position de fond, politique, n'autorise pas pour autant notre Conseil à s'ériger en « autorité suprême de ce Canton». Dans le contexte électoral que nous vivons, notre Conseil doit être particulièrement attentif à ne pas sortir du rôle institutionnel que la Constitution lui confère. Il appartient aux personnes qui se sentent discriminées, respectivement aux associations qui agissent en la matière, de porter les propos querellés devant la justice de manière à ce que celle-ci puisse se déterminer.

Tout en relevant la gravité politique des propos en question, le Conseil d'Etat entend combattre ce type de discours ainsi, comme il l'a toujours fait, sur le plan de l'action politique.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Président, nos salutations distinguées.


AU NOM DU CONSEIL D'ÉTAT

La chancelière:                                                             Le président:

Anja Wyden-Guelpa                                                  Charles Beer


00:46 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Comme c’est étrange, vous ne commentez pas la réponse du Conseil d’État à l’interpellation de la LICRA à l’encontre d’affiches du MCG concernant la gangrène évidente que leur afflux massif provoque à Genève. D’habitude, vous tirez à vue ; mais pas ici, la raison en serait-elle que deux éminents socialistes signent la missive de l’exécutif étatique ! Et qu’il ne faut pas trop tirer sur eux si l’on veut compter sur leur appui pour écraser le tiers État honni, de l’UDC et du MCG. Tout cela fait fort rire et l’on verra bien, demain, ce qu’il en restera de ces vaines tentatives d’obstruction démocratique.
En effet, mieux vaut deux MCG et une UDC au Conseil d’État plutôt qu’un Monsieur Hodgers qui n’a jamais travaillé et n’est qu’un nuisible vert en politique, sans compter des compétences excessivement minces pour siéger à l’exécutif d’un canton qui verra très prochainement s’assombrir ses perspectives économiques et fiscales. Ou une fille à son papa nourri au socialo-communisme grâce à l’ignominieuse redevance radio et télévision, régie nationale de la bonne parole socialiste tendance arriérée.

Écrit par : simonius | 04/11/2013

Les commentaires sont fermés.