27/03/2014

voile islamique à l'école: l'UDC valaisanne persiste et fait signer

Il fallait s'y attendre. Quand on refoule dans le silence parlementaire un non-problème, aux yeux d'une petite majorité d'élus du Grand Conseil valaisan (63 non, 56 oui, 4 abstentions), il rentre par la grande porte, avec mille fois plus de bruit.

En annonçant ce 27 mars 2014 le lancement d'une initiative populaire cantonale, l'UDC valaisanne fait ce qu'elle avait annoncé depuis la publication de l'Arrêt du Tribunal fédéral du 11 juillet 2013 concernant la commune thurgovienne de Bürglen (http://www.humanrights.ch/fr/Suisse/interieure/Groupes/Culturel/idart_10481-content.html). En cause, sur le plan formel, l'absence de base légale cantonale qui empêche l'édiction de dispositions réglementaires permettant à une école d'interdire à des élèves le port du voile dit "islamique".

Sans vouloir m'immiscer dans la discussion valaisanne, je ne saurais toutefois trop conseiller à ce stade aux initiants de réfléchir au risque d'invalidation par le Tribunal fédéral de leur texte au motif d'une discrimination entre les différentes traditions religieuses qui ont imprégné ce pays, du christianisme au judaïsme en passant dorénavant par l'islam, pour cause d'inégalité de traitement.

Pour l'heure, après avoir en effet échoué à la mi-mars 2014 à interdire le port de voile islamique dans les écoles valaisannes, par le biais d'une motion (même transformée en postulat), l'UDC valaisanne vient de décider du lancement d'une initiative populaire qui permettra aux citoyens du Vieux Pays de se prononcer sur la pertinence d'une disposition voulant que les élèves aillent "têtes nues dans les écoles".

Il reste notamment à analyser le texte précis de cette initiative - le diable étant dans le détail... - et son exposé des motifs. Pour l'heure le député Jeaan-Luc Ador a indiqué à la RSR (journal de 7 heures http://download-audio.rts.ch/la-1ere/programmes/le-journal-du-matin/2014/le-journal-du-matin_20140327_standard_le-journal-de-7h_9091e66a-449a-4696-9e73-d4e382f68cd5-128k.mp3) son souci de lutter contre l'islamisation (de la Suisse ?) et pour la préservation des valeurs chrétiennes (du Valais), un canton qui ne connait pas de séparation entre Eglise et Etat, contrairement à Genève et Neuchâtel, ni a fortiori d'école laïque.

Les choses se déroulent comme cela avait été prévu (voir les notes publiées ici même en été 2013 - pierreweiss.blog.tdg.ch). A savoir qu'une discussion parlementaire aurait été préférable à une dispute populaire, reprenant un argument développé par le professeur Grisel.

Gageons, en première approximation, que le corps électoral des deux côtés de la Raspille va signer d'abondance cette occasion de donner son avis sur un problème de société plus que d'école, et que le succès populaire sera au rendez-vous. Dans quelle ampleur? Il n'est pas exclu que le score tessinois pour l'interdiction de la burka dans l'espace public soit atteint, sinon dépassé.

Rappelons qu'il y a 26 cantons en Suisse, et que d'autres pourraient aspirer à un succès aussi facile à atteindre. A cet égard, signalons que le Grand Conseil genevois a déjà été saisi d'un projet de loi analogue déposé par l'UDC dont on peut parier qu'il sera refusé en séance plénière, après l'avoir déjà été en commission (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/PL11266.pdf).

Reste avant cela à débattre en plénière d'un texte "angélique" dû au député de l'ancien président du Grand Conseil Guy Mettan "Pour un code de bonne conduite des religions à Genève" (http://www.ge.ch/grandconseil/data/texte/M02162.pdf), d'ores et déjà inscrit en position 192/242 à son ordre du jour de cette présente session du 27 mars 2014.

Mais tôt ou tard, le peuple genevois, à la réputation bavarde, risque de s'exprimer. Quelle que soit l'opinion des partis.

11:53 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | | |