12/09/2014

Génocides : une solution grâce à l'élégance neuchâteloise ?

Devenu lundi 8 septembre 2014 le lauréat de la Fondation pour Genève, le président de la Confédération M. Didier Burkhalter a non seulement offert aux personnes venues lui rendre l'hommage que mérite cet exceptionnel politicien suisse la preuve de son sens politique hors pair, il a aussi proposé une esquisse de solution à un problème qui empoisonne les relations entre la Suisse, la Turquie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan et l'ONU,

Il s'agit de l'érection d'un mémorial dans le cadre du parc de l'Ariana qui jouxte celui de l'ONU pour rappeler aux générations futures la mémoire des terribles persécutions infligées à l'un des plus vieux peuples chrétiens établis dans le Caucase le génocide arménien qui célèbrera son premier centenaire en 2015.

En proposant "un monument universel pour toutes les victimes, tous les génocides", son humanisme se référant "aux droits des victimes, aux devoirs des États" ne connaît ni frontières dans l'espace, ni limites dans le temps. La proposition semble avoir été favorablement accueillie du côté de l'ONU puisqu'un concours de projets est annoncé.

Peut-on modestement se permettre de proposer à chaque peuple concerné de réfléchir à cette suggestion dont l'aspect universel et intemporel est à coup sûr l'atout fondamental ?

15:47 | Lien permanent | Commentaires (21) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Vous pensez que la majorité qui chapeaute l'ONU serait d'accord....

Écrit par : Patoucha | 12/09/2014

Genève ou plutôt la Suisse agît comme si elle voulait cacher des choses inavouables sans vouloir les adressées à qui de droit, c'est à dire la politique des banques coupables de sales complicités, voir beaucoup plus, et avec tous les tyrans des siècles passés et son entrée (la Suisse) inchangée dans le 21ème !

Pour rendre plausible les petits jeux avec l'actuelle dictatures turque, pour effacer les 60 ans de refus de dédommager les héritiers des comptes en déshérences en conjuguant les comptes congolais, les diamants de Centre-Afrique et l'or rouge à 70% estampiller par les fondeurs blancs comme neige !

Nous avons également pu voir lors des "printemps" arabes que la misère de ces pays était comparables aux richesses des comptes de leurs dictateurs dans des banques helvétiques !

Au lieu de se briser à rompre contre les granits des monuments lourds de sens, la Suisse ferait mieux de restituer aux peuples les dizaines de milliers de milliards pillés par le biais de filières ne faisant plus aucun secret !

La Suisse se décompose au travers de sa mauvaise conscience avec, accroché au train une bande de quelques centaines d'assassins couvert par des siècles d'atavismes !

La Suisse doit faire sa révolution et ne pas se flageller, une révolution vers la sagesse, elle en a largement les moyens !

Écrit par : Corto | 14/09/2014

ça fait longtemps que je ne suis pas venue sur les blogs, mais je vois que le niveau est toujours aussi minable et lamentablement bas, et qu'on laisse n'importe quoi laisser s'écrire.

Écrit par : Denise Park | 18/09/2014

@ Denise. Vous avez raison. Ces "commentaires" sont un "monologue" à deux. Répétitifs, identiques, copier-coller.
Je ne comprends pas M. Pierre Weiss, dont les notes pourries par ces deux personnes, ne vont plus intéresser qui que ce soit.

Écrit par : Ralf LATINA | 02/10/2014

mardi 30 septembre 2014
Exode massif de Palestiniens vers l'Europe avec la complicité du Hamas...
Curieusement les soit-disant grands amis européens des Palestiniens et "enragés" et "indignés" contre Israël ne semblent pas militer pour que l'Europe accueille ceux qui selon eux sont soumis à la barbarie sioniste. Un sujet trop sensible? Qui ne serait certainement pas apprécié par une grande majorité de citoyens? Cela étant les Palestiniens qui veulent venir s'installer en Europe pourront faire valoir les conclusions du très belge francophone pseudo-tribunal Russell sur la Palestine de M. Pierre Galand pour obtenir l'asile... L'Europe prise à son propre piège? Khaled Abu Toameh rapporte que "Selon divers rapports, quelque 13.000 Palestiniens ont déjà fui la bande de Gaza vers l’Europe avec l’aide des gangsters. La plupart ont utilisé les tunnels de contrebande du Hamas ou ont soudoyé ses responsables de la sécurité au terminal de Rafah. 25 000 autres palestiniens de la bande de Gaza ont demandé asile à plusieurs pays européens". Khaled Abu Tomaeh est un excellent journaliste israélien arabe, mais comme par hasard les médias européens ne l'interrogent jamais. Car lui connaît bien les souffrances qu'imposent leurs dirigeants cruels et corrompus, AP et Hamas, à la population - et il n'a de cesse de dénoncer ces injustices.
Les parents des migrants palestiniens disparus à bord des
bateaux engloutis près de Malte, manifestent à Gaza, le 22
septembre 2014 (Image: AFP YouTube video screenshot)

"Bien que Hamas ait nié tout lien avec cet exode massif, les Palestiniens de la bande de Gaza ont révélé que le mouvement islamiste a mis en place des bureaux spéciaux pour enregistrer les personnes qui souhaitaient commencer une nouvelle vie en Europe. Ils ont dit que les responsables du Hamas fournissaient aux émigrés de faux visas et documents de voyage afin de leur permettre d’entrer en Europe." [...] Un journaliste palestinien à Gaza a déclaré que Hamas a également utilisé les mosquées pour encourager les palestiniens à émigrer vers l’Europe. Dans l’une des mosquées au sud de la Bande de Gaza, un chef de file prédicateur du Hamas a dit aux fidèles: «Ceux qui ne sont pas contents peuvent toujours émigrer vers l’Europe, nous ne forçons personne à rester ici.». [...] «Les gangsters du Hamas travaillaient en collaboration avec les gangsters du côté égyptien de la frontière», a déclaré un responsable de haut rang de l’AP, impliqué dans la commission d’enquête. «Ils ont fonctionné comme un véritable mafia, exploitant la situation des personnes, en particulier les jeunes hommes qui espéraient trouver un emploi et une vie meilleure en Italie et d’autres pays européens.»"

Image à la Une : Les parents des migrants palestiniens disparus à bord des bateaux engloutis près de Malte, manifestent à Gaza, le 22 septembre 2014 (Image source: AFP YouTube video screenshot)

Écrit par : Patoucha | 01/10/2014

Alors les manifestants? Vous faites quoi? Vos "protégés" meurent en mer et vous regardez les bateaux couler? Ramadan va encore dire que c'est orchestré par les "sionistes"..... LOL

Par Khaled Abu Toameh, Gatestone Institute: Palestinians and the "Death Boats" Scandal, Traduction Europe-Israël

Comme il a été démontré ces dernières semaines, des centaines, sinon des milliers, de palestiniens préfèrent risquer leur vie en mer plutôt que vivre sous la férule de gouvernements palestiniens et de dirigeants dont le seul but est d’étoffer leurs comptes bancaires.

Au lieu de créer des opportunités d’emploi pour les jeunes hommes et femmes, Hamas et l’Autorité palestinienne [AP] ont passé ces 7 dernières années à lutter pour l’argent et le pouvoir. Leur souci actuellement est d’organiser leur main mise sur les millions de dollars qui sont censés aller à la reconstruction de la bande de Gaza. Le Hamas veut utiliser l’AP comme outil de transfert des fonds de la communauté internationale à la bande de Gaza – une mesure qui renforcerait le Hamas et son emprise sur la population palestinienne.

On dit que les responsables du Hamas fournissent aux émigrés des faux visas et des documents de voyage pour leur permettre d’entrer en Europe. Au cours des dernières semaines, des dizaines de migrants palestiniens originaires de la bande de Gaza ont été tués ou blessés en tentant d’atteindre l’Europe par voie maritime. Au moins 500 Palestiniens ont été portés disparus après que les bateaux qui les transportaient eurent coulé dans la mer. Certains rapports ont suggéré que des gangs rivaux avaient délibérément coulé les bateaux. Les gangs se battent pour l’argent, que les palestiniens sont prêts à payer pour quitter la bande de Gaza. Les palestiniens appellent cette situation le scandale des «Bateaux de la Mort».

Les migrants palestiniens auraient paraît-il payé des milliers de dollars à des responsables du Hamas et des contrebandiers égyptiens pour faciliter leur exode de la bande de Gaza. Le ministre palestinien des Affaires étrangères de l’AP, Riad al-Malki a affirmé que chaque palestinien payait 1000$ au personnel du Hamas à la frontière de Rafah avec l’Egypte. D’autres ont semble-t-il payé 5000$ pour quitter la bande de Gaza. Malki a déclaré que les enquêtes préliminaires ont révélé que les Palestiniens de la bande de Gaza sont victimes du Hamas et de gangsters égyptiens qui ont réussi à les attirer avec de fausses promesses.

Selon divers rapports, quelque 13.000 Palestiniens ont déjà fui la bande de Gaza vers l’Europe avec l’aide des gangsters. La plupart ont utilisé les tunnels de contrebande du Hamas ou ont soudoyé ses responsables de la sécurité au terminal de Rafah. 25 000 autres palestiniens de la bande de Gaza ont demandé asile à plusieurs pays européens.

Bien que Hamas ait nié tout lien avec cet exode massif, les Palestiniens de la bande de Gaza ont révélé que le mouvement islamiste a mis en place des bureaux spéciaux pour enregistrer les personnes qui souhaitaient commencer une nouvelle vie en Europe. Ils ont dit que les responsables du Hamas fournissaient aux émigrés de faux visas et documents de voyage afin de leur permettre d’entrer en Europe. Le Hamas a déclaré cette semaine que ses forces de sécurité ont arrêté plusieurs suspects dans le cadre de cette migration illégale. Mais le mouvement a refusé de dire si les suspects étaient membres du Hamas.

Un journaliste palestinien à Gaza a déclaré que Hamas a également utilisé les mosquées pour encourager les palestiniens à émigrer vers l’Europe. Dans l’une des mosquées au sud de la Bande de Gaza, un chef de file prédicateur du Hamas a dit aux fidèles: «Ceux qui ne sont pas contents peuvent toujours émigrer vers l’Europe, nous ne forçons personne à rester ici.».
./.

Écrit par : Patoucha | 01/10/2014

La plupart des migrants ont quitté la bande de Gaza par un tunnel de deux kilomètres appartenant à un haut responsable du Hamas. Les survivants ont indiqué une Commission d’enquête de l’Autorité palestinienne que quand ils ont atteint le côté égyptien de la frontière, des gangsters égyptiens les ont interceptés et leur ont volé leur argent.

«Les gangsters du Hamas travaillaient en collaboration avec les gangsters du côté égyptien de la frontière», a déclaré un responsable de haut rang de l’AP, impliqué dans la commission d’enquête. «Ils ont fonctionné comme un véritable mafia, exploitant la situation des personnes, en particulier les jeunes hommes qui espéraient trouver un emploi et une vie meilleure en Italie et d’autres pays européens.»
Les palestiniens disent que l’émigration a commencé bien avant la dernière confrontation militaire entre Hamas et Israël. Mais la tendance a connu une augmentation spectaculaire depuis la fin des combats à la fin Août.
«Le Hamas n’a pas réussi à aider les palestiniens depuis son arrivée au pouvoir en 2007», a déclaré Ahmed Bader, dont le fils a réussi à quitter la bande de Gaza par un tunnel une semaine après la fin des combats. «Il n’y a rien pour les jeunes à faire dans la bande de Gaza: Aucun travail, pas d’animation et pas de sécurité. Les jeunes hommes diplômés d’universités ne peuvent pas trouver de travail s’ils ne sont pas membres du Hamas.»

Le Hamas et l’Autorité palestinienne sont tous deux responsables de la tragédie des migrants palestiniens. Les deux partis rivaux n’ont pas réussi à améliorer les conditions de vie de leurs populations dans la bande de Gaza. Au lieu de créer des opportunités d’emploi pour les jeunes hommes et femmes, Hamas et l’Autorité palestinienne ont passé les sept dernières années à lutter pour l’argent et le pouvoir. Maintenant, les deux parties s’accusent mutuellement de la tragédie des migrants illégaux. Et, bien sûr, ils blâment aussi Israël pour le fait que des milliers de palestiniens ne veulent plus vivre sous la férule de l’AP ou du Hamas.

Hamas dit que les Palestiniens fuient la bande de Gaza parce que le président de l’AP, Mahmoud Abbas est un vieillard sénile de 80 ans «qui souffre de la moitié des maladies de l’univers.»
L’Autorité palestinienne, pour sa part, dit que les Palestiniens fuient «l’enfer du Hamas.»

Écrit par : Patoucha | 01/10/2014

Hamas et l’Autorité palestinienne s’envoient des accusations et des insultes pendant que leur peuple est exploité émotionnellement et financièrement, pillé, noyé et jeté en pâture aux requins. Hamas et l’Autorité palestinienne sont en train de concocter la façon de mettre la main sur les millions de dollars qui sont censés aller à la reconstruction de la bande de Gaza.

Lors des négociations de «réconciliation» de la semaine dernière entre les deux parties au Caire, ils ont complètement passé sous silence la tragédie des migrants palestiniens. Une fois de plus, les responsables du Hamas et du Fatah ont échangé des baisers et des accolades pour annoncer un nouvel accord pour mettre en œuvre un accord préalable. En fait, c’est ce que Hamas et Fatah font depuis 2006 – signant un accord de réconciliation après l’autre, sans résultats tangibles. Inutile de dire que, jusqu’à présent, aucun de ces accords n’a été mis en œuvre. Les sceptiques disent que le nouvel accord entre Hamas et Fatah est également susceptible de rester lettre morte en raison du fossé important entre les deux parties.

Hamas semble prêt à ramener l’Autorité palestinienne sur la bande de Gaza non pas parce que son idéologie a changé. Au contraire, Hamas veut se servir de l’AP comme outil de transfert des fonds de la communauté internationale vers la bande de Gaza – une mesure qui renforcerait le Hamas et son emprise sur la population locale palestinienne.

Le Président de l’AP Mahmoud Abbas semble aussi prêt à agir pour servir de pont et canaliser l’aide financière vers la bande de Gaza. Il espère que son gouvernement serait renforcé si on lui donne pouvoir de signer les chèques et distribuer l’aide. Bien sûr, il espère aussi que certains des fonds finiront dans les comptes bancaires de ses partisans et proches collaborateurs.
Mais beaucoup de palestiniens dans la bande de Gaza ont perdu manifestement toute confiance à la fois en Abbas et Hamas. Comme ces dernières semaines l’ont montré, des centaines, sinon des milliers, de Palestiniens préfèrent risquer leur vie en mer que de vivre sous la domination de gouvernements palestiniens et de dirigeants dont le seul but est d’enrichir leurs comptes bancaires.

http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2014/09/exode-massif-de-palestiniens-vers.html

http://www.gatestoneinstitute.org/4734/palestinians-and-the-death-boats-scandal

Écrit par : Patoucha | 01/10/2014

Des vendus! La honte!

Ce sont de curieuses révélations qui ont été publiées le 7 septembre dans le New York Times. Dans un article de 4000 mots intitulé « Foreign Powers Buy Influence at Think Tanks » [les puissances étrangères achètent leur influence auprès des think tanks], Eric Lipton, Brooke Williams et Nicholas Confessore se sont penchés sur la question pour le moins originale du financement des think tanks américains par des gouvernements étrangers.

Les trois auteurs ont découvert que, même si l’ampleur de la situation « est difficile à déterminer » on sait que « depuis 2011, au moins 64 gouvernements étrangers, entités contrôlées par un État ou représentants gouvernementaux ont soutenu financièrement 28 organismes de recherche de premier plan basés aux États-Unis. » Utilisant le peu d’informations disponibles, ils estiment à « un minimum de 92 millions de dollars le montant des contributions et autres engagements financiers versé par des gouvernements étrangers ces quatre dernières années. La somme totale est certainement plus élevée. »

En échange de ces largesses, les instituts de recherche en question ont accordé aux donateurs deux faveurs importantes. D’une part, ils ont fait pression sur leurs propres services à la fois pour « réfréner la critique à l’égard des gouvernements donateurs » et « arriver à des conclusions favorables aux gouvernements qui ont procuré les financements ». D’autre part, ils ont « incité les responsables gouvernementaux américains à adopter des mesures politiques qui reflètent souvent les priorités des donateurs. » Résultat : l’argent étranger a semé le doute sur la légitimité et l’objectivité des recherches menées par les think tanks alors que cet argent est « en train de transformer de plus en plus radicalement le monde autrefois très discret des think tanks en un puissant levier de lobbying des gouvernements étrangers à Washington. »

Voici ma réponse à cet article qui a fait l’effet d’une bombe :

Certains de ces financements se sont faits dans l’opacité : des think tanks ont ainsi perçu des dessous de table alors qu’ils bénéficiaient d’une réputation d’organismes désintéressés. Parmi les exemples les plus flagrants, citons le gouvernement du Qatar qui, comme le rapporte le New York Times, « a envoyé des centaines de millions à Gaza, dirigée par le Hamas, a encouragé les attaques contre Israël au moyen des tirs de roquettes et des tunnels » et a également signé en 2013 un accord prévoyant un financement de 14,8 millions de dollars sur quatre ans au profit de la Brookings Institution. C’est là que Martin Indyk a œuvré comme vice-président et directeur du Programme de politique étrangère. Indyk a travaillé pour le secrétaire d’État américain John Kerry de juillet 2013 à juin 2014 en tant qu’envoyé spécial pour les négociations israélo-palestiniennes.

Dans ces conditions, comment pourrait-on espérer qu’Indyk, bénéficiaire des largesses du Qatar au même titre que l’ennemi juré d’Israël, agisse dans un esprit d’impartialité ?

Le président du Brookings Institute, Strobe Talbott, ne s’est pas excusé et n’a pas montré le moindre embarras par rapport au fait que 12% de ses fonds proviennent de gouvernements étrangers. Bien plus, il a eu l’audace d’affirmer que « les think tanks devraient percevoir de l’argent des gouvernements étrangers. » Usant à son profit de termes à la mode tels que « gouvernance » et de phrases comme « la culture philanthropique est en pleine mutation », il a naïvement affirmé qu’il est « tout à fait opportun que nous travaillions avec des gouvernements quand nous sommes en mesure de fournir une analyse et des solutions à des problèmes auxquels ils sont confrontés dans la vie politique. »
Le Brookings Institute, fondé en 1916, est à la fois le plus ancien think tank américain et l'un des leaders en matière de financement émanant de contribuables étrangers.

Le Brookings Institute, fondé en 1916, est à la fois le plus ancien think tank américain et l’un des leaders en matière de financement émanant de contribuables étrangers.

L’article du New York Times révèle – chose surprenante – la corruption d’institutions de gauche telles que la Brookings Institution, le Center for American Progress et le National Democratic Institute. Voilà une attitude aussi honnête et respectable qu’inattendue de la part d’un journal devenu le réceptacle national des banalités creuses et des inepties de la gauche. À l’inverse, les révélations n’ont pas parlé d’un seul centime versé à des organismes conservateurs tels que l’American Enterprise Institute, la Heritage Foundation et le Hudson Institute (si le Times continue à pratiquer un journalisme de ce calibre, je pourrais finir par payer pour son application pour I-Phone !).

De la même manière, à propos du Moyen-Orient dont l’article cite plusieurs pays (Bahreïn, Koweït, Qatar, Arabie Saoudite, EAU) pratiquant ce jeu d’influence et cette corruption, on ne voit apparaître nulle part le nom d’Israël. Cet exemple confirme clairement la thèse présentée par Mitchell Bard dans son livre publié chez Harper en 2010 et intitulé The Arab Lobby : The Invisible Alliance That Undermines America’s Interests in the Middle East [Le lobby arabe : l'alliance invisible qui compromet les intérêts américains au Moyen-Orient]. Comme l’observe Steven J. Rosen, ancien membre de l’American Israel Public Affairs Committee, « si l’on raisonne en termes de moyens et non de résultats, le lobby arabe est égal ou supérieur à tout ce qui a été réalisé par les amis d’Israël. »

En fin de compte les révélations du Times ont placé tous les think tanks sur la défensive. Et même si ce sont des institutions très sélectes comme Brookings qui sont visées, aucun de nous n’est préservé contre le soupçon. C’est pourquoi l’organisation que je préside (et dont le mot d’ordre est la « promotion des intérêts américains ») a immédiatement publié un communiqué de presse « The Middle East Forum Takes No Funds from Foreign Governments » [Le Middle East Forum ne perçoit aucun financement de gouvernements étrangers] déclarant sans aucune ambiguïté que « nous n’avons jamais recherché ni perçu de fonds d’un quelconque gouvernement étranger ni d’un quelconque agent au service d’un gouvernement étranger. Et nous ne le ferons jamais. »
Mitchell Bard analyse le lobby moyen-oriental réellement à l'œuvre à Washington.

Mitchell Bard analyse le lobby moyen-oriental réellement à l’œuvre à Washington.

D’une manière générale, comme l’affirme John B. Judis, « le financement étranger des think tanks corrompt notre démocratie. » C’est pourquoi il est temps que tous les organismes de recherche qui se présentent comme des fournisseurs d’analyses objectives, tiennent parole. Sinon, qu’ils indiquent clairement qui a acheté ou payé leurs conclusions.

par Daniel Pipes - 30 septembre 2014
National Review Online -15 septembre 2014
http://fr.danielpipes.org/14964/think-tanks-vendre-louer

Écrit par : Patoucha | 01/10/2014

C'est comme si on se réunissait et qu'un d'entre nous lise mécaniquement des articles, cela exclu toute forme de réflexion, à la limite un petit article d'information, passe, mais importer la réflexion de ceux qui ne participent pas au débats en cours, tue tout débat !

Écrit par : Corto | 02/10/2014

C'est fait justement pour être lu Corto! C'est trop important pour réduire ces informations à des liens, comme cet article qui vient compléter...

Nucléaire iranien: Netanyahu met en garde Obama

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a mis en garde mercredi à la Maison Blanche le président Barack Obama contre les risques d'un accord avec Téhéran qui placerait l'Iran "au seuil de la puissance nucléaire".

"L'Iran cherche un accord qui entraînerait la levée des sanctions mises en place grâce à vos efforts et le placerait au seuil de la puissance nucléaire", a déclaré M. Netanyahu.

"J'espère ardemment que cela n'arrivera pas", a ajouté le Premier ministre israélien lors d'une rencontre avec M. Obama dans le Bureau ovale.

L'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne) se sont donné jusqu'au 24 novembre pour parvenir à un accord définitif qui garantirait le caractère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions internationales contre Téhéran.

La capacité d'enrichissement d'uranium de l'Iran est au coeur des négociations: l'uranium faiblement enrichi alimente des centrales électriques, mais enrichi à un niveau élevé il peut servir à fabriquer une bombe.

Lundi, à la tribune de l'ONU, M. Netanyahu avait déjà mis en garde contre la conclusion d'un accord avec Téhéran. Les capacités nucléaires de l'Iran "doivent être totalement démantelées", avait-il lancé, qualifiant la République islamique de "régime le plus dangereux au monde dans la région la plus dangereuse du monde".

Israël a menacé à plusieurs reprises de recourir à la force militaire pour empêcher la République islamique d'avoir l'arme nucléaire.

M. Obama a de son côté appelé mercredi à faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens.

"Nous devons trouver les moyens de faire évoluer le statu quo pour que les citoyens israéliens chez eux, comme les enfants à l'école, soient à l'abri d'un tir de roquette, mais également que nous ne soyons pas confrontés à la tragédie d'enfants palestiniens tués", a déclaré le président américain en présence de M. Netanyahu.

Il s'agissait de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, en juillet et août, qui a fait plus de 2.100 morts chez les Palestiniens, pour la plupart des civils, et plus de 70 morts israéliens, dont 66 soldats.

La diplomatie américaine n'a pas abandonné l'espoir de relancer à l'avenir le processus de dialogue direct entre Israël et les Palestiniens. Le dernier cycle de neuf mois, sous les auspices du secrétaire d'Etat John Kerry, a capoté fin avril.

AFP Publié le mercredi 01 octobre 2014 à 18h41
http://www.lalibre.be/actu/international/nucleaire-iranien-netanyahu-met-en-garde-obama-542c2eae35708a6d4d5a748d

Écrit par : Patoucha | 03/10/2014

Mais Patoucha, il suffit d'introduire le lien ???!!!!

Écrit par : Corto | 05/10/2014

Lisez ce que j'écris Corto!

Écrit par : Patoucha | 06/10/2014

Resté dans le silence et l’indifférence, un jeune habillé en femme suite à une fête déguisée a été agressé aux Paquis il y a une semaine, plusieurs hommes aux cris de "haham" péché en arabe, ce jeune est encore dans un coma profond et ces jours son grandement menacés !

Une amie témoin m'a relaté les faits, le jeune garçon a été lapidé avec des grosses pierres, sa boite crânniène était en morceaux !

Plusieurs fois par semaines des personnes arrivent à la morgue ou à l'hôpital dans des états morbides et pas un mot dans la presse y compris dans les communiqués de la police genevoise !!!

Écrit par : Corto | 05/10/2014

Ben Corto, vous m'en apprenez un fait divers là? En tout cas rien de tel dans le teletext de la RTS?Je vais voir si la Tribune en a fait état!

Écrit par : Patoucha | 05/10/2014

J'informe avant la désinformation....

Publié le 5 oct 2014
Sud-Liban : clash violent entre l’armée israélienne et une unité libanaise

An Israeli soldier covers his ears as a

L’armée israélienne a déjoué dimanche une tentative d’infiltration depuis le Liban. Une patrouille israélienne a réagi à l’infiltration en ouvrant le feu, contraignant les intrus à regagner le territoire libanais. Un soldat de l’armée régulière libanaise aurait été touché.

Mi-septembre, de hauts gradés de l’armée israélienne ont estimé que l’organisation terroriste chiite libanaise du Hezbollah planifie des opérations commandos pour s’emparer de territoires du nord d’Israël.

Selon les renseignements israéliens, le mouvement islamiste prévoit d’envoyer lors de la prochaine confrontation militaire des unités spéciales en territoire israélien, tout en ciblant le front intérieur israélien avec un grand nombre de missiles, dans un conflit qui pourrait durer plus de quatre mois.

L’armée israélienne estime que le mouvement islamiste a considérablement accru son expérience militaire, notamment en guérilla urbaine, lors de ces confrontations en Syrie et en Irak contre les groupes djihadistes.

Mi-août, le leader de l’organisation terroriste chiite libanaise du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait affirmé qu’il n’y a « pas de ligne rouge » dans la guerre contre Israël. »Ce que nous avons préparé pour Israël n’a absolument pas été affecté par ce que l’on fait en Syrie », avait-il mis en garde lors d’une interview accordée au quotidien al-Akhbar.

Vendredi, le chef d’état-major israélien, Benny Gantz, a assuré qu’en cas de guerre, l’armée israélienne ramènera le Liban « 70 ou 80 ans en arrière, dans tous les domaines ». « Nous leur montrerons comment ça se passe », a-t-il mis en garde. En cas de guerre, le général n’a pas écarté non plus une occupation de territoires libanais.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Écrit par : Patoucha | 06/10/2014

Israël "nazi" LOLLLLL

Israël a dépensé des millions sur le traitement des patients syriens. Plus de 1000 syrienne ont bénéficié de soins israélienne et des fonds.
Tsahal évacue syrien blessés. (Photo: IDF)

Un document officiel rédigé par le ministère de la Santé révèle que Israël a passé NIS 32.487.415 (environ $ 9,000,000) depuis le début de l'année 2013 sur le traitement des Syriens blessés se faire soigner en Israël.

L'information a été libéré dans le cadre d'un rapport portant sur les dépenses de quatre hôpitaux du Nord de Tibère, Tsfat, Nahariya et Kiryat Shmona, qui ont été traitent Syriens blessés dans la guerre civile du pays.

Ces chiffres ne comprennent pas les fonds visés par le ministère de la Défense et l'armée israélienne pour cette cause. Les Syriens sont habituellement traités dans les hôpitaux de terrain de Tsahal avant d'être hospitalisé dans les centres médicaux israéliens.

À ce jour, quelque 1.200 Syriens ont été traités dans les hôpitaux israéliens, y compris les procédures de sauvetage spécialisées.
Le plus élevé des soins de qualité

Rapports YNET que le 27 Septembre, trois enfants syriens grièvement blessés ont été amenés au centre médical Ziv dans Tsfat (Safed). Ils ont été soignés à l'unité de traumatologie et devraient subir un traitement ultérieur.
Syrie est blessé

Netanyahu rencontre un réfugié syrien (Photo: Kobi Gideon / GPO).

"Je ne suis pas intéressé à la situation militaire ou les circonstances qui les ont amenés ici, que dans les circonstances médicales et ce qu'ils ont été médicalement connaissent depuis qu'ils ont été blessés», le Dr Hussain Amar, chef de la salle d'urgence, a déclaré à Ynet . "Il est toujours difficile de recevoir des enfants blessés, mais c'est l'un des pires cas que nous avons vu ici depuis le début des combats. Il brise le cœur à accueillir les enfants dans de telles conditions, l'effet de l'obus sur leur corps est beaucoup plus grave que dans le corps des adultes ", at-il ajouté.

Ziv a traité 376 Syriens au total, dont 50 enfants.

Le 28 Septembre, un grièvement blessé de 10 ans et un homme blessé dans son 20s ont été amenés à l'hôpital du nord d'Israël. Le 2 Octobre, Hôpital Poriya dans Tibère reçu un Syrien de 23 ans avec des éclats d'obus, sa patiente syrienne 106e.

Un leader de l'opposition syrienne qui a récemment visité Israël a déclaré: "" Je suis venu au centre médical Ziv à remercier l'hôpital pour traiter des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants qui ont reçu un traitement de la plus haute qualité, et un soutien affectif à la suite des événements difficiles qu'ils ont connu pendant la guerre en Syrie. Ce traitement n'est pas seulement pour les enfants et les femmes blessés, il est pour tout le peuple syrien ".

Auteur: Aryeh Savir
www.unitedwithisrael.org

Écrit par : Patoucha | 07/10/2014

Patoucha a raison. Même beaucoup plus que ce qu'on veut bien accepter.

"Israël a dépensé des millions sur le traitement des patients syriens."

Ok, mais seulement des syriens ?
Combien d'autres nations sont à mettre au bénéfice d'Israël ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 07/10/2014

Si vous changiez vos sources vous aurez les réponses que vous cherchez, et ne serez pas là à poser vos questions attrape-nigauds dont vous êtes coutumier.

Écrit par : Patoucha | 08/10/2014

Une leçon d'histoire à tous les soi-disant pro"palestiniens" par antisémitisme/antiisraël:

Vidéo: une poétesse marocaine Amazigh explique le sionisme à la télévision !
Publié le : 8 octobre 2014

Connaissez-vous Malika Mezzane ?

C’est une poétesse et une militante des droits de l’homme.

Elle est marocaine. Elle est Amazigh.

Screen Shot 2014-10-08

Et elle vient de provoquez les pires sentiments de l’homme maghrébin moyen en expliquant que le sionisme à ceux qui ne le comprennent pas et en ajoutant que les arabes ne veulent que voler des terres qui, historiquement, appartiennent aux juifs.

L’Institut de Recherche Médiatique du Moyen-Orient (MEMRI) a traduit une interview télévisée fascinante de Mezzane dans laquelle elle explique pourquoi, à son avis, «les Arabes sont plus« sioniste »que les Juifs », et insiste sur le fait que le nationalisme arabe a été créé au détriment de toutes les autres nations du Moyen-Orient – y compris les juifs et les Amazighs.

Voilà qui donne vraiment envie d’en savoir un peu plus sur ses ouvrages…

Par Christian Lèglise – JSSNews
http://jssnews.com/2014/10/08/video-une-poetesse-marocaine-amazigh-explique-le-sionisme-a-la-television/
Moroccan Amazigh Activist Defends Zionism, Explains Her Offer of Sex Services to Kurds Fighting ISIS

http://youtu.be/9VegwCKbUlY

Écrit par : Patoucha | 08/10/2014

Bonjour les infos:

Jihad Ali Alwan, malgré les pressions, réaffirme son soutien à Israël: « c’est la terre des juifs ! »
Publié le : 10 octobre 2014

En dépit d’avoir été arrêté, renvoyé de son travail, appelé «fou» et «infidèle» et de se retrouver sans ressources, l’écrivain jordanien Jihad Ali Alwan, 42 ans, n’a pas l’intention de cesser son soutien à Israël !

Jihad Ali Alwan

«Je n’aime pas ce prix, mais je le payerai quand même. Je ne vais pas m’excuser pour mes croyances », a déclaré Alwan sur ​​son blog personnel. « Je suggère que les Arabes normalisent leurs relations avec Israël » avait-il écrit en octobre 2013.

« Il y a quelque temps, j’ai été invité par le soi-disant« Comité de la lutte contre la normalisation avec l’ennemi sioniste » et ils m’ont dit de me rendre à une audience pour parler de mon article. J’ai rejeté l’invitation et ils m’ont alors dit qu’il me jugerait sans ma présence. »

«J’ai souffert de persécution depuis l’âge de 16 ans, la persécution politique et économique, et ils m’ont accusé de courtiser les institutions sionistes juives et chrétiens. Tous ceux qui m’attaquent, mangent et boivent des produits américains et utilisent de la technologie américaine et israélienne dans leurs maisons; leur farine vient d’Amérique et qu’ils reçoivent un soutien financier des États-Unis. »

« Je ne suis pas un criminel, mais plutôt un homme de paix, un homme de respect envers les autres, et je souffre de la faim et de la pauvreté parce que personne ne va me donner un emploi à cause de ma position», a t-il déclaré/

«Toute personne intelligente sait que les Juifs occupent cette terre, parce qu’ils en étaient les propriétaires premiers. Les juifs font partie du milieu culturel régional ».

Dans un article intitulé «Les Juifs sont en voie de disparition » Alwan a écrit: «Les Juifs sont en voie de disparition, et ils sont de bonnes personnes; leur rêve est de vivre en sécurité, mais les complots contre eux sont grands. Les Juifs ont souffert des massacres et de meurtres dans les pays européens, qui ont volé leur argent et leurs épouses… donc, Israël transfère une fortune de son budget à la défense afin de protéger les citoyens israéliens – qu’ils soient arabes, juifs ou chrétiens. »

« Les Juifs ont été dépossédés de leurs terres par l’islam, qui les a expulsés de la terre de Canaan. Aujourd’hui, le monde arabe est contre les juifs pour aucune raison valable. Ils ont le droit de construire leurs temples sur leur terre et ils ont le droit de retourner dans leur patrie qu’ils ont perdue en raison des pressions religieuses et économiques. »

En 2006, il a été déclaré «infidèle», ainsi que 200 autres musulmans.

Par Valériane de Chardonnay – JSSNews
------
Jérusalem: l’Arabe qui a vendu des terres à un juif a été exécuté par son cousin !
Publié le : 10 octobre 2014

Un musulman a été poignardé à mort, dans son quartier de Silwan (dans l’Est de Jérusalem), par un membre de sa famille, pour avoir vendu des terres à des Juifs.

Voilà à quoi ressemble la vie chez les palestiniens: vendre des terres à un juif, parce qu’il est juif, vous amène à la mort.

Un peu moins d’une centaine de familles juives vivement au milieu de 50,000 arabes musulmans et chrétiens dans le quartier de Silwan.

Les terres ont été achetées par Elad, une organisation sioniste internationale qui collecte de l’argent aux Etats-Unis pour acheter des terrains dans les quartiers arabes afin d’y construire des immeubles où des juifs pourront habiter. Cet achat, tout à fait légal, avait été dénoncé par Barack Obama, ce à quoi Netanyahu lui avait renvoyé « cette vente est tout à fait légal: depuis quand les juifs ne pourraient pas acheter des terres où ils le souhaitent ? »

Selon la législation palestinienne, la vente de maisons à des Juifs est passible de la peine de mort. Ces dernières années les cas se sont multipliés. La plupart du temps, les arabes qui vendent des terres se voient offrir une nouvelle vie, avec des millions de dollars, dans un pays étranger.

Par Jérémyah Albert – JSSNews

Écrit par : Patoucha | 12/10/2014

Les commentaires sont fermés.